NOUVELLES

Colombie: Santos veut accélerer le processsus de paix avec les Farc

27/05/2014 01:00 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

Le président colombien, Juan Manuel Santos, en ballotage en vue de sa réélection le 15 juin, a annoncé mardi son intention d'accélérer les négociations de paix en cours avec la guérilla marxiste des Farc.

Devancé au premier tour de la présidentielle dimanche par Oscar Zuluaga, opposant au pourparlers avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), M. Santos a précisé avoir donné des consignes d'urgence à son équipe de négociateurs pour aboutir à un accord avec la guérilla qui commémore mardi ses 50 ans.

"Ce que je veux, c'est que ce processus de paix se termine le plus tôt possible afin de mettre fin à la guerre", a déclaré le chef de l'Etat à la radio W de Bogota.

Délocalisés à Cuba depuis 18 mois, les discussions avec les Farc, visant à résoudre un conflit qui a fait plus de 220.000 morts et 5 millions de déplacés, doivent encore aborder deux thèmes, la réparation pour les victimes, et l'arrêt des hostilités. Restera enfin à définir la formule pour faire approuver un éventuel accord par la population.

M. Santos a évoqué la possibilité de diviser l'équipe de négociateurs afin d'"avancer simultanément" sur les deux chapitres restant. "J'espère que nous pourrons régler rapidement ces deux points et entrer en période de post-conflit", a-t-il insisté.

Le président sortant a également critiqué la position de M. Zuluaga, qui s'est engagé à mener des négociations avec les Farc à deux conditions: que les rebelles cessent la lutte armée immédiatement et que leurs chefs acceptent des peines de prison minimum de six ans.

"Il sait que c'est impossible. C'est une façon subtile de dire : +non, je ne suis pas un ennemi de la paix+ mais dans le fond je veux rompre le processus", a estimé M. Santos.

pz/mr

PLUS:hp