NOUVELLES

9800 soldats américains resteront en Afghanistan jusqu'en 2016

27/05/2014 06:29 EDT | Actualisé 27/07/2014 05:12 EDT

WASHINGTON - Le président des États-Unis, Barack Obama, a annoncé mardi qu'il maintiendra près de 10 000 soldats en Afghanistan après la fin officielle de la guerre, plus tard cette année, mais qu'il en rapatriera la plupart d'ici la fin de son mandat, en 2016.

Il faudra accepter que l'Afghanistan ne sera pas un endroit parfait et qu'il n'est pas de la responsabilité des États-Unis d'en faire un, a déclaré le président, durant un discours mardi dans la roseraie de la Maison-Blanche.

Ce plan sur deux ans est toutefois conditionnel à la signature par le gouvernement afghan d'un accord de sécurité bilatéral avec les États-Unis. Bien que l'actuel président Hamid Karzaï ait refusé de le signer, les autorités américaines sont persuadées que le prochain président donnera son approbation.

Justement, les deux candidats dans la course, l'ancien premier ministre Abdullah Abdullah et l'ancien ministre des Finances Ashraf Ghani Ahmadzai, ont accueilli favorablement l'annonce de M. Obama, mardi. Sans l'accord de l'Afghanistan, les plans seraient accélérés et tous les militaires américains seraient retirés d'ici la fin de 2014, ont affirmé des responsables.

La décision de M. Obama respecte en substance ce que souhaitait le Pentagone, tout en permettant au président de mettre un terme à l'opération avant son départ de la Maison-Blanche.

Selon l'échéancier proposé, les effectifs de l'armée américaine en Afghanistan passeraient de 32 000 soldats à 9800 d'ici le début de l'an prochain. Ils seraient déployés à travers le pays et se concentreraient sur des missions antiterrorisme et sur l'entraînement des forces afghanes. Aucune mission de combat ne serait lancée.

Au cours de l'année 2015, le nombre de soldats serait coupé de moitié et ceux qui resteraient seraient rassemblés à Kaboul, la capitale, et à la base aérienne de Bagram. Ces soldats restants seraient, pour la majorité, rappelés aux États-Unis avant la fin de 2016. Moins de 1000 personnes resteraient ensuite à Kaboul pour opérer un bureau de sécurité.

Les forces américaines seraient probablement appuyées par quelques milliers de soldats de l'OTAN.

«Il est plus difficile de mettre fin aux guerres que de les commencer», a affirmé M. Obama, admettant la complexité de son plan.

Avant de le finaliser, M. Obama a discuté de son plan avec plusieurs leaders européens, dont la chancelière allemande Angela Merkel, le premier ministre britannique David Cameron et le premier ministre italien Matteo Renzi.

Au moins 2181 membres de l'armée américaine ont perdu la vie en près de 13 ans de guerre en Afghanistan, la plus longue menée par les États-Unis.

PLUS:pc