NOUVELLES

Biden menace la Russie de nouvelles sanctions si elle perturbe la présidentielle en Ukraine

21/05/2014 07:14 EDT | Actualisé 21/07/2014 05:12 EDT
Leigh Vogel via Getty Images
WASHINGTON, DC - MAY 02: U.S Vice President Joe Biden attends the 2nd Annual Creativity Conference presented by the Motion Picture Association of America at The Newseum on May 2, 2014 in Washington, DC. (Photo by Leigh Vogel/FilmMagic)

Le vice-président américain Joe Biden a menacé mercredi la Russie de nouvelles sanctions si elle perturbait l'élection présidentielle prévue dimanche en Ukraine.

"Si la Russie sape l'élection en Ukraine, nous devons rester déterminés à imposer des coûts supplémentaires", a déclaré M. Biden lors d'une conférence de presse à Bucarest.

"Tous les pays doivent user de leur influence afin d'assurer un climat stable qui permette aux Ukrainiens de voter en toute liberté", a-t-il ajouté.

Le président russe Vladimir Poutine avait ordonné lundi à ses troupes massées depuis fin mars à la frontière --40 000 hommes selon l'Otan-- de rentrer dans leurs casernes.

Mardi, les autorités ukrainiennes ont indiqué ne plus observer de mouvement des troupes russes juste de l'autre côté de leur frontière avec la Russie mais ni l'Alliance ni les Etats-Unis n'ont pu confirmer leur retrait total.

Le vice-président a également loué le gouvernement pro-occidental de Kiev pour avoir "impliqué les Ukrainiens de tous parts du pays, y compris du sud et de l'est, dans la réforme constitutionnelle".

M. Biden, qui venait de s'entretenir avec le président roumain Traian Basescu, a une nouvelle fois assuré Bucarest de l'engagement ferme des Etats-Unis à respecter l'article cinq de l'Otan sur la défense collective de ses membres.

Il a souligné que l'Alliance allait renforcer sa présence en Europe centrale et de l'Est, "dans les airs, sur mer et sur terre".

Mardi il avait annoncé que de nouveaux navires militaires, dont le croiseur américain Vella Gulf, viendraient effectuer des missions en mer Noire.

M. Basescu a pour sa part remercié Washington pour sa "prompte réaction", lors du déclenchement de la crise en Ukraine et l'annexion de la Crimée par Moscou, destinée à "décourager l'appétit de la Russie de redevenir l'Union soviétique".

M. Biden a par ailleurs souligné que le projet de bouclier anti-missiles était sur les rails, le site roumain de Deveselu (sud), qui en accueillera des éléments, devant être ouvert l'année prochaine comme prévu.

Basé essentiellement sur une technologie américaine, ce projet qui irrite la Russie vise à déployer en Turquie un radar de détection de lancements de missiles balistiques et à installer, d'ici à 2018, 24 missiles intercepteurs en Roumanie et autant en Pologne.

Lors d'une rencontre avec le Premier ministre Victor Ponta, le responsable américain a souligné l'importance pour les pays de la région d'assurer leur indépendance énergétique vis-à-vis de la Russie.

"Nous devons nous assurer que la Russie n'utilise plus ses ressources d'énergie comme une arme contre qui que ce soit dans la région", a-t-il indiqué.

Il a également affirmé le soutien des Etats-Unis à l'intégrité territoriale de l'ancienne république soviétique de Moldavie, dépendante à près de 100% des importations de gaz russe et qui doit signer le 27 juin un accord d'association avec l'UE.

INOLTRE SU HUFFPOST

Chronologie de la crise en Ukraine