NOUVELLES

Melinda Gates appelle à réduire la mortalité des nouveau-nés

20/05/2014 12:47 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

La majorité des 2,9 millions de nouveau-nés qui meurent chaque année dans le monde pourraient être sauvés grâce à des gestes simples et peu coûteux comme l'allaitement ou le contact corps-à-corps, a déclaré mardi Melinda Gates à l'AFP.

"Ce n'est en fait pas si difficile de sauver ces bébés", a-t-elle déclaré, peu avant son intervention à l'Assemblée générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui se déroule cette semaine à Genève.

Invitée par l'OMS, Melinda Gates, co-présidente de la Fondation Bill & Melinda Gates, a tenté de convaincre les ministres de la Santé venus à Genève de l'urgence du débat et de la nécessité d'adopter un plan d'action, la première initiative mondiale de ce type.

Malgré un recul mondial de près de 50% du taux de mortalité chez les enfants de moins de cinq ans (passé de 90 en 1990 à 48 décès pour 1.000 naissances vivantes en 2012), le taux de mortalité néonatale n'a baissé que de 36%, passant, pendant la même période, de 33 à 21 décès pour 1.000 naissances vivantes.

Le plan d'action de l'OMS, et défendu par Melinda Gates, vise notamment à ce que le taux de mortalité néonatale mondial moyen passe à 7 décès pour 1.000 naissances vivantes d'ici 2035.

2,9 millions d'enfants meurent avant l'âge d'un mois chaque année dans le monde. Et un million d'entre eux décèdent au cours de leurs premières 24 heures de vie.

Et les décès de nouveau-nés représentent une proportion énorme (44%) de la mortalité totale chez les enfants de moins de cinq ans. Ces décès ont tendance à survenir parmi les populations les plus pauvres et les plus défavorisées.

Pour Melinda Gates, il est possible de prévenir la vaste majorité de ces décès grâce à des interventions comme l'allaitement, la réanimation du nouveau-né, la méthode dite des "soins maternels kangourou" pour les bébés prématurés (le bébé est placé sur la peau nue de la mère ou du père).

Il est essentiel aussi, a-t-elle relevé, que le cordon ombilical soit nettoyé avec des produits antiseptiques pour prévenir les infections. Et cela ne coûte que quelques centimes.

Les ballons-masques de réanimation, qui ne coûtent que 5 dollars l'unité (3,6 euros), devraient par ailleurs être à portée de main lors des accouchements.

"Il ne s'agit pas de dire au monde que nous avons besoin de plus de fonds. Il s'agit de dire: utilisez les instruments dont nous disposons aujourd'hui et concentrez-vous sur ces interventions cruciales et peu coûteuses", a relevé Mme Gates, 49 ans et mère de trois enfants.

nl/apo/cgu

PLUS:hp