NOUVELLES

Mali: la France renforce ses effectifs à Kidal

20/05/2014 09:03 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

La France va envoyer mardi une trentaine de soldats supplémentaires à Kidal, dans l'extrême-nord du Mali, où des affrontements meurtriers ont opposé samedi des rebelles touareg à l'armée malienne, a-t-on appris auprès de l'état-major des armées.

Le détachement français à Kidal sera ainsi porté à "un peu moins d'une centaine" d'hommes, a précisé le porte-parole de l'état-major, le colonel Gilles Jaron. "On va renvoyer dans la journée l'équivalent d'une section d'une trentaine d'hommes", a-t-il indiqué à l'AFP, soulignant qu'il s'agissait pour les forces françaises de se donner "une souplesse supplémentaire" pour réagir en cas de besoin.

Les soldats français ont pour mission d'appuyer les forces maliennes et la Minusma, la mission de l'Onu, dans la lutte contre les groupes jihadistes.

Trente-six personnes ont péri samedi dans des affrontements qui ont opposé l'armée malienne et des hommes armés dans la ville de Kidal, selon le gouvernement malien qui accuse la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) et "des groupes terroristes".

La France a été le fer de lance d'une opération militaire internationale lancée en janvier 2013 - et toujours en cours - contre les jihadistes qui occupaient le nord du Mali.

Ces islamistes liés à Al-Qaïda ont été chassés des grandes villes mais demeurent actifs dans ces zones. Ils étaient au départ alliés au MNLA, qui avait déclenché en janvier 2012 une offensive contre les forces maliennes dans le nord du Mali. Profitant d'un coup d'Etat militaire en mars 2012, ces divers groupes s'étaient emparés du Nord, d'où les rebelles touareg avaient ensuite été évincés par les jihadistes.

Le MNLA est revenu à Kidal à la faveur de l'opération militaire internationale. En dépit de la présence sur place de soldats maliens, français et onusiens, cette zone échappe toujours au contrôle de l'Etat malien, en proie à l'anarchie et aux rivalités de groupes armés.

Elle a souvent été au coeur des rébellions touareg qu'a connues le Mali depuis 1960, la dernière en date étant cette du MNLA .

dch/jlp/thm/tmo

PLUS:hp