NOUVELLES

"Le Sel de la Terre", un voyage sur la planète avec le photographe Salgado

20/05/2014 01:31 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Du Rwanda à la Sibérie ou l'Amérique latine, le Festival de Cannes a suivi mardi 40 ans de la carrière du photographe brésilien Sebastiao Salgado, dans un documentaire signé de son fils Juliano et de Wim Wenders, qui fait son retour sur la Croisette.

"Le Sel de la Terre", présenté dans la catégorie "Un certain Regard", a été accueilli par des applaudissements nourris.

"C'est un film qui veut être modeste pour mettre en valeur le grand travail du photographe", a expliqué le cinéaste allemand Wim Wenders, 68 ans, avant la projection.

Chronologiquement, nous suivons la vie de ce photographe qui a arpenté la planète avec ses appareils, après avoir fui le Brésil de la dictature pour s'installer à Paris.

Travaillant pour la Banque mondiale après des études d'économie, il va tout laisser tomber dans les années 70 pour être témoin de son temps.

La famine du Sahel, les paysans sans terre du Brésil, le conflit du Rwanda, les camps de réfugiés, la guerre de l'ex-Yougoslavie... Son objectif a traqué les conflits du globe et leur cortège de cadavres et de misère.

"On est un animal très féroce, nous les humains", commente-t-il en revoyant toutes ses images. Au Rwanda, "combien de fois, j'ai mis les appareils par terre pour pleurer", dit le photographe de 70 ans.

Ses années les plus récentes lancent cependant un message d'espoir : après avoir photographié la nature, il a replanté la propriété familiale (600 ha) au Brésil de millions d'arbres. Une manière de dire que rien n'est inéluctable, dans un pays très touché par la déforestation.

La terre autrefois desséchée est aujourd'hui couverte d'une forêt luxuriante où les animaux sont revenus. Et le domaine familial est une réserve naturelle.

pjl/dab/gca/phc

PLUS:hp