NOUVELLES

Le prince Charles parle des défis mondiaux durant sa visite à Charlottetown

20/05/2014 07:18 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

CHARLOTTETOWN - Le prince de Galles a affirmé qu'il avait pris davantage conscience du besoin de s'attaquer aux défis mondiaux après la naissance de son petit-fils, alors qu'il soulignait, mardi, la nécessité de bénéficier de la créativité des jeunes pour trouver des solutions innovatrices à ces problèmes.

Reconnu depuis un certain temps pour ses prises de position sur des questions sociales et environnementales, Charles a déclaré, lors d'un discours à Charlottetown, à l'Île-du-Prince-Édouard, qu'il était important de prendre en considération les liens entre les enjeux mondiaux et la santé de la planète.

«Tout repose sur la connexion entre les sécurités alimentaire, énergétique et en eau et sur la détermination de buts communs dans le respect de besoins communs», a-t-il argué.

«Il s'agit d'enjeux sociaux, économiques et environnementaux interdépendants. En d'autres mots, la santé des écosystèmes, qui est aujourd'hui menacée, a une incidence directe sur la santé et le bien-être des gens», a poursuivi le prince de Galles.

Charles a énuméré un certain nombre d'enjeux, incluant l'écart grandissant entre riches et pauvres, le manque d'occasions pour les femmes et les filles, le chômage chez les jeunes, la déforestation et la surpêche.

Le prince de Galles a reçu, mardi, une médaille honorifique Symons — du nom du président fondateur de l'Université Trent en Ontario — pour sa contribution à la société canadienne.

«Je suis certain que vous seriez d'accord pour dire, comme moi, que le monde fait face à des défis majeurs, mais compte aussi des occasions immenses», a dit le prince Charles, un ami de longue date du professeur Thomas Symons, membre du conseil d'administration du Centre des arts de la Confédération.

Charles a affirmé que la naissance de son petit-fils, George, l'an dernier, avait eu un impact sur sa vision du monde.

«J'essaie depuis longtemps d'attirer l'attention sur ces interdépendances, mais elles ont pris encore plus d'importance à mes yeux maintenant que je suis grand-père», a-t-il ajouté.

«Ce sont tous nos petits-enfants qui auront à vivre avec les conséquences très sérieuses de notre perception actuelle selon laquelle nous pouvons simplement vaquer à nos affaires comme si rien n'avait changé», a-t-il exposé.

Charles et son épouse Camilla effectuent une visite de quatre jours au Canada, qui inclut un arrêt à Winnipeg avant la conclusion du séjour, mercredi.

Également mardi, à Charlottetown, la duchesse de Cornouailles a visité seule un centre pour personnes âgées et l'École chrétienne Immanuel, où des élèves de sixième et septième années avaient fait un exercice de rédaction en écrivant à la duchesse pour l'inviter dans leur classe, sans savoir qu'elle répondrait à leur proposition.

Charles et Camilla avaient amorcé la journée au parlement jeunesse à l'Assemblée législative provinciale, alors que 15 jeunes ont débattu d'une résolution appelant la jeune génération à poursuivre le travail des pères de la Confédération, un enjeu central au moment où la ville souligne le 150e anniversaire de la Conférence de Charlottetown ayant mené à la Confédération, en 1867.

PLUS:pc