NOUVELLES

Le niveau du Danube continue à augmenter

20/05/2014 09:07 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

BELGRADE, Serbie - Les autorités serbes surveillaient avec inquiétude le niveau du puissant fleuve Danube, mardi, après que des centaines de milliers de personnes aient déjà été chassées de chez elles par les inondations qui frappent la région des Balkans.

L'Institut Hydro de Serbie a prévenu qu'une crue est à prévoir au cours des prochains jours. L'agence croit toutefois que le niveau d'eau ne surpassera par les défenses anti-inondations — et ce même si des rivières plus petites mais gonflées, comme la Sava, viendront se déverser dans le Danube.

Les dirigeants des villes et villages le long du Danube disent surveiller la situation de près.

Les eaux ont par contre commencé à se retirer en certains endroits, abandonnant derrière elles des milliers de vaches, porcs, moutons, chiens et autres animaux morts.

«Il y a des tonnes d'animaux morts dont nous devons nous débarrasser», a dit le premier ministre Aleksandar Vucic.

Une ferme de la ville de Samac, dans le nord-est de la Bosnie, a perdu 450 de ses 500 vaches.

Les inondations qui frappent la Serbie, la Bosnie et la Croatie depuis quelques jours ont fait une quarantaine de morts, en plus de déloger près d'un demi-million de personnes. Les inondations menacent aussi la plus importante centrale énergétique de Serbie, tandis qu'en Bosnie, on s'inquiète que les glissements de terrain ne déplacent les champs de mines antipersonnel installés pendant la guerre.

La Serbie et la Bosnie ont demandé l'aide de la communauté internationale pour affronter une catastrophe dont la facture pourrait atteindre plusieurs milliards de dollars. Le gouvernement de Bosnie envisage d'offrir gratuitement des terres en compensation pour les dommages.

La Bosnie a proclamé une journée de deuil mardi, pendant que la Serbie rendra hommage aux disparus de mercredi à vendredi.

Des victimes ont raconté que le niveau de l'eau a augmenté en quelques heures dans certaines régions, inondant des villes entières sans avertissement. Dans plusieurs cas, les fermiers n'ont pas eu le temps de relâcher leurs animaux pour leur permettre de survivre.

Des lignes téléphoniques spéciales ont été mises sur pied pour permettre aux résidants de signaler la présence d'animaux morts. La télévision serbe a montré, mardi, des militaires déployés pour désinfecter les zones inondées et empêcher la propagation des maladies.

Les responsables ont demandé aux sinistrés de ne pas rentrer chez eux tant que leurs résidences n'auront pas été désinfectées et de ne pas consommer de nourriture provenant de jardins, granges ou vergers inondés. On leur demande aussi de ne boire que de l'eau bouillie ou embouteillée.

«Les animaux morts sont particulièrement problématiques, a dit l'épidémiologiste en chef de la Serbie, le docteur Zeljko Ler. Il faut les retirer et les détruire correctement ou à tout le moins les enterrer et les recouvrir de chaux vive.»

Les responsables serbes ont entrepris d'évacuer la ville inondée d'Obrenovac, qui accueille une importante central énergétique. Le premier ministre Vucic a révélé mardi que de nouvelles défenses ont été érigées autour de la centrale pendant la nuit. Cette centrale alimente en électricité la moitié de la Serbie et pratiquement toute la ville de Belgrade.

La centrale tourne déjà au ralenti puisque la mine de charbon voisine qui l'approvisionne a elle aussi été inondée.

PLUS:pc