NOUVELLES

France: 800.00 euros d'amende pour un trader libanais récidiviste

20/05/2014 01:06 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Le gendarme français de la bourse a annoncé mardi avoir infligé des amendes à deux récidivistes: 800.000 euros pour un trader libanais et 400.000 euros à son cousin, ancien cadre de la banque suisse UBS, pour délit d'initié lors de l'acquisition d'Ilog par IBM.

Joseph Raad et Charles Rosier avaient déjà fait les gros titres pour une affaire similaire.

Le trader libanais a déjà écopé de la plus lourde amende jamais prononcée contre une personne physique (14 millions d'euros) par l'Autorité des marchés financiers (AMF), depuis sa création il y a 10 ans.

Les deux cousins étaient cette fois mis en cause dans une nouvelle affaire, avec comme cadre le rachat de la société française Ilog par le groupe informatique américain IBM en 2008.

Dans une décision prise le 16 mai, la Commission des sanctions de l'AMF, seule habilitée à sévir au sein du gendarme boursier, a reconnu les deux professionnels de marché coupables de manquements d'initiés.

Les amendes dont ils écopent sont toutefois inférieures à la réquisition du collège de l'AMF, qui avait réclamé une sanction de 1,675 million d'euros minimum contre Joseph Raad, et de 700.000 euros contre Charles Rosier.

Concrètement Charles Rosier a "communiqué l'information privilégiée relative au projet d'offre publique d'achat d'IBM sur Ilog à son cousin germain Joseph Raad" avant son annonce, au moment où il travaillait chez UBS, banque conseil d'IBM dans ce dossier, a jugé l'AMF.

Joseph Raad a lui utilisé cette information privilégiée pour acquérir des titres liés à Ilog et réaliser "une plus-value globale évaluée à 334.680 euros", a expliqué l'AMF.

Le trader libanais avait déjà écopé en octobre 2013 d'une amende de 14 millions d'euros, pour un délit d'initié accompli avec la complicité de Charles Rosier, dans le cadre du rachat de Geodis par la SNCF en 2008.

Concernant le rachat d'Ilog par IBM, l'AMF a également infligé 600.000 euros d'amende à Thomas Xander, un employé de la société allemande SAP AG, et une sanction de 17.000 à Abraham Benhamron, le gérant d'une société française.

Ils ont également été jugés coupables de "manquements d'initiés", pour s'être chacun procuré des "informations privilégiées" par d'autres moyens, et les avoir mis à profit via des opérations financières.

rfo/fga/thm/jeb

IBM

UBS AG

SAP

PLUS:hp