NOUVELLES

Flambée de violences au Nigeria depuis un mois

20/05/2014 02:38 EDT | Actualisé 20/07/2014 05:12 EDT

Le Nigeria endure depuis plus d'un mois une flambée de violences, avec une série d'attentats et un enlèvement sans précédent de lycéennes qui continue à mobiliser la communauté internationale.

- Le 14 avril, 276 jeunes filles âgées de 12 à 17 ans sont enlevées dans leur dortoir par des hommes armés qui attaquent un lycée de Chibok, dans l'Etat de Borno (nord-est), région d'origine de l'insurrection menée par le groupe islamiste Boko Haram depuis cinq ans. Les hommes armés emportent les lycéennes dans des camions avant de s'enfoncer dans la végétation dense de cette région. 223 filles sont toujours détenues par le groupe islamiste radical, plusieurs dizaines d'adolescentes ayant depuis réussi à s'enfuir.

Le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, revendique le kidnapping des lycéennes, qu'il veut "vendre" comme "esclaves" et "marier" de force, dans une vidéo obtenue par l'AFP.

L'enlèvement massif et les vidéos de Boko Haram, une secte islamiste apparue en 2002 et qui s'est peu à peu transformée en groupe armé dont les attaques sanglantes ont fait des milliers de morts depuis 2009, ont suscité un mouvement d'indignation mondiale et braqué les projecteurs sur une violence jusqu'alors peu médiatisée. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et Israël ont envoyé des experts et des moyens matériels pour aider à retrouver les lycéennes.

- Le 14 avril, au moins 75 personnes sont tuées dans un attentat dans la gare de bus de Nyanya, à quelques kilomètres du centre-ville d'Abuja, l'attentat le plus meurtrier jamais commis sur le territoire de la capitale. L'attentat est revendiqué dans un enregistrement vidéo quelques jours plus tard par le groupe islamiste radical Boko Haram.

- Le 1er mai, un attentat à la voiture piégée fait au moins 19 morts et 80 blessés dans cette gare routière.

La plupart des attaques étaient jusqu'ici concentrées sur le Nord-Est, fief historique du groupe islamiste.

- Le 5 mai, au moins 300 personnes sont tuées, selon plusieurs sources locales, dont un sénateur, dans une attaque à Gamboru Ngala, une ville proche de la frontière camerounaise dans l'Etat de Borno. Toute la ville est détruite.

- Le 20 mai, deux attentats à la voiture piégée frappent la ville de Jos, dans le centre du Nigeria, faisant au moins 46 morts et 45 blessés, selon la police.

Le double attentat, sur un marché très fréquenté de Jos, intervient le jour où l'état d'urgence est prolongé dans les Etats de Yobe, Adamawa et Borno (nord-est). Le 14 mai 2013, l'instauration de l'état d'urgence s'était accompagnée d'une vaste offensive militaire contre Boko Haram, mais les attaques du groupe se sont intensifiées. Depuis le début de l'année, les attaques de Boko Haram ont fait plus de 2.000 morts, en majorité des civils.

Le groupe islamiste aurait des cellules actives à Jos, une ville qu'il a déjà attaquée par le passé.

acm/aub

PLUS:hp