NOUVELLES

Catastrophe minière en Turquie: le PDG de la mine de Soma inculpé et écroué

20/05/2014 03:13 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Le PDG de la mine de Soma a été inculpé et écroué dans la nuit de lundi à mardi, portant à huit le nombre de responsables de la compagnie placés en détention dans l'enquête sur la catastrophe qui a fait 301 morts, a rapporté l'agence de presse Dogan.

Egalement fils du propriétaire de la compagnie Soma Kömür Isletmeleri, Can Gürkan a été inculpé d'homicides involontaires par le procureur de la ville et immédiatement incarcéré, a précisé Dogan.

Outre M. Gürkan, le directeur général de la mine de charbon, Ramazan Dogru, son directeur de l'exploitation, Akin Celik, deux ingénieurs, deux superviseurs et un technicien ont également été inculpés et écroués depuis dimanche.

D'autres membres de l'encadrement de la société ont aussi été inculpés mais laissés en liberté sous contrôle judiciaire jusqu'à leur procès.

Lors d'une conférence de presse vendredi, les dirigeants de Soma Kömür ont assuré que les normes de sécurité étaient respectées dans la mine accidentée.

"Nous n'avons commis aucune négligence dans cet accident", avait affirmé M. Celik.

Selon une premier rapport d'enquête cité par les médias turcs, le niveau de monoxyde de carbone, un gaz mortel, enregistré au moment de l'accident était nettement supérieur aux normes de sécurité. Ce rapport pointe également du doigt la forte chaleur qui régnait alors dans les galeries, notant que l'activité n'avait pas été suspendue.

Le procureur de Soma, Bekir Sahiner, a exclu dimanche qu'un défaut du système électrique avait été à l'origine de l'incendie qui a ravagé la mine, comme le suggéraient les premiers témoignages, et privilégié l'hypothèse d'une "combustion de charbon entré en contact avec l'air".

Les opérations de sauvetage et de récupération des corps des victimes ont été interrompues samedi, après quatre jours d'efforts.

Cette catastrophe minière, la plus meurtrière de l'histoire turque, a soulevé une vague de colère populaire en Turquie contre le régime islamo-conservateur du Premier ministre, Recep Tayyip Erdogan, accusé de négligence et de laxisme.

fo-pa/fw

PLUS:hp