NOUVELLES

Violences dans la capitale des îles Salomon après les inondations

19/05/2014 05:01 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

La police patrouillait lundi les rues de la capitale des îles Salomon, un archipel du Pacifique, après plusieurs jours de violences causées par des victimes d'inondations historiques, furieux de la lenteur de l'aide.

Juanita Matanga, coresponsable de la police, a appelé les habitants de la capitale Honiara à rester chez eux, après des émeutes vendredi et samedi, lors desquelles plusieurs magasins ont été mis à sac ou incendiés. "Il est de la responsabilité de chacun d'empêcher quiconque de causer des ennuis dans notre pays, car nous souffrirons tous".

Selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), les émeutiers protestent contre les problèmes de distribution de l'aide apportée aux populations après de graves inondations le mois dernier, qui ont causé la mort d'une vingtaine de personnes et fait des milliers de sans-abri.

La radio-télévision australienne publique, Australian Broadcasting Corporation, avance que 4.500 personnes sont encore hébergées dans des centres d'évacuation, des milliers d'autres n'ont toujours pas accès à l'eau courante, et plusieurs cas de diarrhée ont été rapportés.

Des quartiers entiers de Honiara, ville de 70.000 habitants et capital de cet archipel pauvre, avaient été dévastés début avril par des crues éclair à la suite de pluies torrentielles, des inondations qualifiées par les autorités de "pire désastre" que ce pays ait connu depuis longtemps.

Selon la journaliste Dorothy Wickham, basée à Honiara, les émeutiers, estimés à quelque 400, ont surtout ciblé les boutiques détenues par les Chinois. Ces magasins étaient fermés lundi, de peur d'une autre flambée de violences.

Des patrouilles de police sont parvenues à ramener le contrôle, contrairement aux émeutes de 2006, qui avaient là aussi ciblé les propriétés chinoises et détruit des quartiers entiers de la capitale, a noté la journaliste.

str-ns/mp/fmp/jh

PLUS:hp