NOUVELLES

Ukraine: Poutine ordonne le retrait des troupes russes outre-frontière

19/05/2014 07:18 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

MOSCOU - Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a ordonné, lundi, aux troupes russes déployées près de l'Ukraine de retourner à leur base et a fait l'éloge des pourparlers entre le gouvernement ukrainien et ses opposants en dépit de la poursuite des combats dans l'est de l'ancienne république soviétique.

Le Kremlin a annoncé que le leader russe avait demandé au ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, de retirer les forces participant à des «exercices militaires printaniers planifiés» dans les régions de Rostov, Belgorod et Briansk.

Cet ordre semble aller plus loin que la déclaration faite par M. Poutine il y a deux semaines concernant le retrait des soldats russes de la frontière ukrainienne.

Les trois régions sont voisines de l'Ukraine et le fait que les forces russes qui y sont stationnées soient envoyées ailleurs pourrait témoigner d'un réel désir de la part de Moscou de faire baisser la tension dans le cadre de la pire crise à l'avoir opposée à l'Occident depuis la guerre froide. C'est aussi le genre de promesse qui peut facilement être vérifiée par les services de renseignement occidentaux.

Le communiqué du Kremlin ne précise pas combien de militaires quitteront les trois régions ni quand le retrait sera effectué.

Les États-Unis et l'OTAN ont affirmé n'avoir vu aucun mouvement de troupes à la suite de l'annonce de Vladimir Poutine. Lundi, le secrétaire général de l'OTAN, Anders Fogh Rasmussen a répété que l'organisation n'avait pas vu de changement à la frontière entre l'Ukraine et la Russie.

Il a indiqué que l'OTAN demeurait ouverte à discuter avec Moscou au sujet de la crise ukrainienne et a proposé d'organiser une rencontre sur cette question à l'occasion du Conseil OTAN-Russie la semaine prochaine.

La décision du président russe de retirer ses forces semble aussi être une tentative pour éviter de nouvelles sanctions. Washington et l'Union européenne ont imposé des interdictions de voyage et un gel d'actifs à des membres de l'entourage de Vladimir Poutine en raison de l'annexion de la Crimée par la Russie.

Kiev et l'Occident ont accusé Moscou d'encourager la révolte dans l'est de l'Ukraine, où des insurgés prorusses ont déclaré l'indépendance de deux provinces et promis de faire dérailler l'élection présidentielle de dimanche.

Les hostilités se sont poursuivies, lundi, à Sloviansk, alors que des miliciens prorusses ont fait feu sur un point de contrôle militaire établi près d'une tour de télévision, tuant un soldat et en blessant trois.

À Donetsk, des rebelles masqués ont envahi les bureaux de la division régionale de la compagnie ferroviaire nationale de l'Ukraine et confié la direction à leur chef.

PLUS:pc