NOUVELLES

Sept mois de crise politique en Thaïlande

19/05/2014 11:13 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

L'armée a proclamé mardi la loi martiale en Thaïlande, secouée depuis près de sept mois par des manifestations antigouvernementales qui ont fait 28 morts. Voici les principales étapes de cette crise qui a également vu la destitution de la Première ministre Yingluck Shinawatra.

2013

- 31 octobre: début de manifestations de l'opposition contre un projet de loi d'amnistie, dénoncé comme taillé sur mesure pour le frère de Yingluck, Thaksin Shinawatra, ancien Premier ministre renversé par un coup d'Etat en 2006, en exil pour échapper à la prison pour malversations financières.

- 1er novembre: le Parlement adopte le texte.

- 11 novembre: le Sénat rejette la loi, mais les manifestants ne désarment pas, réclamant la fin du "système Thaksin" et la tête de Yingluck, qu'ils accusent d'être la marionnette de son frère.

- 24 novembre: le mouvement prend de l'ampleur avec, à Bangkok, selon les autorités, jusqu'à 180.000 manifestants qui assiègeront ou occuperont les semaines suivantes plusieurs ministères et bâtiments officiels.

- 30 novembre: incidents entre manifestants antigouvernement et Chemises rouges pro-Thaksin. Des coups de feux sont tirés. Cinq morts.

- 1er et 2 décembre: la police utilise gaz lacrymogènes, canons à eau et balles en caoutchouc sur des manifestants qui tentent d'entrer au siège du gouvernement. Le 2, mandat d'arrêt pour "insurrection" émis contre Suthep Thaugsuban, principal meneur du mouvement.

- 3 décembre: les autorités laissent les manifestants entrer sans résistance au siège du gouvernement. Ils repartent rapidement et s'installent autour du complexe, empêchant son utilisation depuis cette date.

- 8 décembre: démission des plus de 150 députés du Parti démocrate, principale formation d'opposition.

- 9 décembre: Yingluck annonce des élections anticipées, sans effet sur les manifestants qui veulent la création d'un "conseil du peuple" non élu.

- 12 décembre: Abhisit Vejjajiva, ancien Premier ministre et leader des Démocrates, est inculpé pour meurtre pour son rôle dans la répression des manifestations des Rouges en 2010 (90 morts).

- 21 décembre: le Parti démocrate annonce son boycott des législatives.

- 26 décembre: affrontements entre forces de l'ordre et manifestants à Bangkok lors de l'enregistrement des candidatures. Un policier et un manifestant tués par balle.

2014

- 13 janvier: début de l'opération de "paralysie" de Bangkok par des dizaines voire des centaines de milliers de manifestants qui bloquent des carrefours clé du centre-ville.

- 16 janvier: la commission anticorruption lance une enquête contre Yingluck en lien avec un programme controversé d'aides aux riziculteurs, procédure qui peut mener à sa destitution.

- 17 janvier: une grenade est lancée sur un défilé (un mort), première d'une série d'explosions visant les manifestants.

- 22 janvier: entrée en vigueur de l'état d'urgence à Bangkok.

- 26 janvier: vote anticipé perturbé par les manifestants. Un de leurs leaders est abattu.

- 1er février: plusieurs blessés par balles lors d'une bataille de rue à Bangkok entre pro et antigouvernementaux.

- 2 février: législatives très perturbées, 10% des bureaux de vote ne peuvent ouvrir.

- 18 février: une opération de la police pour déloger des manifestants tourne aux affrontements. Au moins cinq morts.

- 19 février: la justice interdit l'utilisation de la force contre les manifestants.

- 23 février: une grenade est lancée près des manifestants au coeur de Bangkok, deux enfants sont tués.

- 1er mars: les manifestants mettent fin au blocage de Bangkok, mais poursuivent leur action.

- 18 mars: levée de l'état d'urgence à Bangkok.

- 21 mars: les élections de février invalidées par la Cour constitutionnelle invalide.

- 30 avril: le gouvernement annonce de nouvelles législatives pour le 20 juillet.

- 7 mai: la Cour constitutionnelle destitue Yingluck et neuf ministres pour abus de pouvoir dans le transfert d'un haut fonctionnaire. Le ministre du Commerce Niwattumrong Boonsongpaisan est nommé Premier ministre intérimaire.

- 9 mai: les manifestants, qui assurent être prêts à former leur propre gouvernement, demandent l'aide du sénat.

- 10 mai: les Rouges mettent en garde contre une guerre civile en cas de chute du gouvernement.

- 15 mai: l'armée menace d'intervenir après la mort de trois manifestants dans une attaque à la grenade à Bangkok. La commission électorale appelle au report des élections de juillet.

- 20 mai: l'armée décrète la loi martiale et déploie des soldats dans Bangkok, tout en assurant que ce n'est pas un coup d'Etat.

abd/dth/mf

PLUS:hp