NOUVELLES

Principales forces en présence en Libye

19/05/2014 12:29 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Principales forces en présence en Libye, pays plongé dans l'anarchie et les violences depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, qui a dirigé le pays d'une main de fer durant plus de quarante ans.

- INSTITUTIONS -

- Le Congrès général national (CGN, Parlement):

Plus haute autorité politique et législative du pays, formée par quelques 200 membres élus en juillet 2012, il accapare quasiment tous les pouvoirs. Le CGN est dominé depuis plusieurs mois par les islamistes qui ont gagné en influence notamment en recrutant des députés indépendants, et après la démission de plusieurs libéraux.

Il est critiqué entre autre pour avoir donné une "légitimité" aux milices islamistes en leur confiant des tâches de sécurité.

- Le gouvernement:

Victime des tiraillements politique au Congrès, le gouvernement se plaint régulièrement de son manque de prérogatives, en particulier en matière de sécurité et défense.

Ali Zeidan, l'ancien chef de gouvernement qui a tenté de tenir tête aux islamistes du Congrès, a été évincé en mars après un long bras de fer. Il a été remplacé par son ministre de la Défense, Abdallah Al-Theni, qui a démissionné quelques semaines plus tard, tout en continuant à assurer les affaires courantes.

Un nouveau chef de gouvernement, Ahmed Miitig, a été élu début mai par le Congrès lors d'un scrutin chaotique contesté par plusieurs députés libéraux.

M. Miitig devait présenter cette semaine son cabinet, qui doit être approuvé par le CGN, mais en raison des conditions de son élection, son gouvernement devrait être plus faible que les précédents.

- L'armée nationale:

En cours de formation, elle ne fait pas le poids devant les milices d'ex-rebelles lourdement armées qui ont puisé dans l'arsenal de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi.

Plusieurs d'entre elles ont rejoint l'armée mais en tant que groupes propres, et obéissent plus à leurs intérêts qu'à l'état-major.

- Milices et brigades armées -

DANS LA RÉGION DE BENGHAZI (est)

- L'Armée nationale libyenne:

Une force paramilitaire formée récemment par le général à la retraite Khalifa Haftar, qui a lancé vendredi une opération armée contre des milices islamistes à Benghazi, affirmant vouloir "éradiquer le terrorisme". Plusieurs officiers de la région orientale, y compris de l'armée de l'air, ont rejoint sa force.

Il est soupçonné par les autorités de mener une tentative de coup d'Etat.

- Les Forces spéciales:

Unité d'élite de l'armée régulière libyenne régulièrement victimes d'attaques attribuées à des groupes extrémistes, elle a officiellement gardé ses distances avec l'opération menée par M. Haftar.

- Brigades des martyrs du 17 février et Rafallah al-Sahati:

Deux puissantes milices islamistes qui dépendent "officieusement" du ministère de la Défense. Elles ont été chargées de plusieurs missions, notamment dans le sud du pays.

- La Brigade d'Ansar Asharia:

Soupçonnée d'implication dans l'assassinat de plusieurs officiers et soldats et dans l'attaque contre le consulat américain à Benghazi en septembre 2012, qui a coûté la vie à l'ambassadeur américain Chris Stevens et trois autres Américains, elle a été récemment classée organisation terroriste par Washington.

Ansar Ashariaa a des filiales à Derna (est) et Syrte (centre). Elle en aurait aussi créé une à Sabratha (ouest).

- La Force de la Cyrénaïque:

Formée par des partisans du fédéralisme qui réclament l'autonomie de la région orientale, elle comprend les gardes des installations pétrolières qui bloquent des ports pétroliers dans l'est du pays.

DANS LA RÉGION DE TRIPOLI

- Les brigades de Zenten Al-Qaaqaa et Al-Sawaek:

Bien implantées dans la capitale, elles contrôlent l'aéroport et plusieurs sites militaires.

Hostiles aux islamistes, elles sont considérées par leurs rivaux comme le bras armé du courant libéral, et sont parmi les brigades les plus disciplinés et les plus armées de Libye. Elles dépendent officieusement du ministère de la Défense, et ont revendiqué l'attaque du 18 mai contre le CGN, réclamant sa dissolution.

- La Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye et Bouclier de Libye:

Ces groupes sont composés de plusieurs milices islamistes considérées comme le bras armé des blocs islamistes du Congrès.

- Les milices de Misrata:

Comme leurs rivales Zentanies, elles sont considérées comme faisant patrie des plus puissantes et des plus armées du pays.

Elles ont rejoint plusieurs autres forces, comme le Bouclier de Libye ou la Cellule des opérations des révolutionnaires de Libye, mais obéissent souvent à l'intérêt de leur ville. Contrairement aux Zentanis, elles défendent la "légitimité" du CGN.

ila/cbo

PLUS:hp