NOUVELLES

L'UE a accru son aide au développement en 2013 malgré la crise

19/05/2014 06:39 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

L'Union européenne a continué à augmenter son aide au développement en 2013 malgré les effets de la crise financières, mais il lui faudrait mobiliser 41 milliards d'euros supplémentaires pour atteindre ses objectifs fixés pour 2015, selon un rapport publié lundi.

L'UE est restée de loin le premier bailleur de fonds dans le monde en consacrant 56,5 milliards d'euros à l'aide publique au développement (APD) l'an dernier contre 55,3 milliards en 2012, indique le rapport annuel présenté à la réunion des ministres du Développement à Bruxelles.

L'APD représente ainsi 0,43% du revenu national brut (RNB) de l'UE.

Ce chiffre reste loin de l'engagement collectif pris par les 28 en 2005 d'atteindre 0,7% du RNB en 2015. Il faudrait pour cela "mobiliser un montant supplémentaire d'environ 41,3 milliards d'euros" d'ici à un an, précise le rapport.

"Conscients des contraintes économiques existantes", les ministres se sont déclarés "profondément préoccupés par les niveaux de l'APD" et ont affirmé leur détermination à "donner les impulsions nécessaires" pour atteindre les objectifs.

Le rapport souligne "les performances variables" des 28 pays de l'UE: 16 d'entre eux ont augmenté leur aide tandis que 12 l'ont baissée en 2013. Seuls quatre d'entre eux y consacrent 0,7% ou plus de leur RNB: la Suède (1,2%), le Luxembourg (1%), le Danemark (0,8%) et le Royaume-Uni (0,7%), le plus gros contributeur à 13,5 milliards d'euros. L'Allemagne a déboursé 10,6 milliards (0,38%) et la France 8,6 milliards (0,41%).

Au niveau mondial, l'UE contribue pour plus de la moitié au total de l'APD, qui s'est élevée à 101,5 milliards d'euros en 2013, loin devant les Etats-Unis et le Japon, selon l'OCDE.

jri/aje/sba

PLUS:hp