NOUVELLES

L'ex-patronne du New York Times gardera son tatouage à l'emblème du journal

19/05/2014 11:44 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

L'ex-directrice de la rédaction du New York Times, Jill Abramson, a reconnu lundi que son renvoi du prestigieux quotidien lui faisait "mal" mais assuré dans un sourire qu'elle n'effacerait pas son tatouage représentant le célèbre "T" gothique du journal.

"Ce fut l'honneur de ma vie de diriger la rédaction" du New York Times, a déclaré Mme Abramson, qui s'exprimait pour la première fois en public depuis son licenciement la semaine dernière.

L'ancienne patronne du quotidien américain prononçait un discours lors d'une remise de diplômes à l'université de Wake Forest en Caroline du Nord (sud-est), où des étudiants, a-t-elle rapporté, lui ont demandé si elle allait faire enlever le "T" du New York Times tatoué dans son dos.

"Aucun risque !", a-t-elle déclaré aux jeunes diplômés, qui l'ont applaudie.

Le licenciement soudain de Jill Abramson a rouvert le débat sur la place des femmes dans les médias aux Etats-Unis et la question de l'égalité salariale avec les hommes.

Mais le propriétaire du New York Times Arthur Sulzberger Jr. a assuré samedi que son licenciement n'avait rien à voir avec le fait qu'elle soit une femme ou avec un conflit sur son salaire. Il a évoqué "des décisions arbitraires, son incapacité de consulter, une communication inadéquate et le mauvais traitement public de journalistes".

Mme Abramson n'est pas revenue lundi sur les circonstances de son renvoi, mais a parlé de la résilience des démocraties. "C'est certain, perdre un poste que vous aimez fait mal, mais la profession que je vénère--le journalisme grâce auquel les institutions du pouvoir et les gens doivent rendre des comptes-- rend nos démocraties tellement résilientes. C'est la profession dont je ferai toujours partie", a-t-elle estimé.

"Je parle à toute personne qui a été virée, qui n'a pas obtenu le poste qu'elle voulait vraiment ou qui a reçu ces horribles lettres de refus des universités", a-t-elle précisé.

"Vous connaissez la douleur de perdre quelque chose ou de ne pas l'obtenir alors que vous le voulez ardemment. Quand cela arrive, montrez ce dont vous êtes capables", a-t-elle suggéré.

"Et après pour moi? Je ne sais pas, je me trouve exactement dans la même situation que beaucoup d'entre vous", a-t-elle déclaré, suscitant des rires. "Et comme vous, j'ai un peu peur, mais je suis aussi enthousiaste".

Mme Abramson a été remplacée par Dean Baquet, premier Noir à occuper cette fonction au New York Times.

La controverse suscitée par son licenciement est survenue au moment où un rapport interne --daté du 24 mars et publié par le site d'informations Buzzfeed-- évoque les difficultés apparentes du titre à s'adapter à l'ère numérique.

rl/are/jca

THE NEW YORK TIMES COMPANY

PLUS:hp