NOUVELLES

Les Rangers défont le CH 3-1 et prennent l'avance 2-0 dans la série

19/05/2014 10:46 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le Canadien a été un rival nettement plus coriace dans le deuxième match de la finale de l'Association Est, lundi. Mais, au final, ça n'a pas été suffisant pour vaincre les Rangers de New York qui, en l'emportant 3-1 au Centre Bell, retournent à la maison avec une avance de 2-0, en vue du match de jeudi.

Envoyé au coeur de l'action à la place de Carey Price, blessé, le jeune gardien Dustin Tokarski n'est pas à blâmer pour la défaite.

Tokarski estimait qu'il aurait peut-être pu stopper le tir de Rick Nash, mais sur les buts de Ryan McDonagh et de Martin St-Louis même Price n'aurait pas pu faire grand-chose.

«Le jeune a bien fait ça. J'ai aimé sa prestance, a commenté l'entraîneur Michel Therrien. Ç'a été une décision difficile à prendre, mais on a opté pour Tokarski en raison des succès qu'il a connus dans les rangs juniors et la Ligue américaine. C'est un 'gagnant'.»

Tokarski a terminé la rencontre avec 27 arrêts. Son opposant Henrik Lundqvist a dissipé tous les doutes à son endroit à Montréal, en repoussant 40 tirs. Seul Max Pacioretty a trompé sa vigilance.

«J'affrontais un gardien vedette et il a joué comme une vedette», a tranché Tokarski, qui a dit ne pas avoir été trop stressé pour une première.

«Lundqvist a été phénoménal, a clamé Therrien. Il est la raison pour laquelle nous avons perdu. On doit lui donner le mérite. Il a volé le match.»

Son homologue Alain Vigneault a abondé dans le même sens, arguant qu'il avait fait la différence principalement en début de match, quand le Canadien était en plein contrôle de la situation.

C'était seulement la quatrième fois en 30 matchs en 2013-14 que le Tricolore s'inclinait quand Pacioretty trouve le fond du filet.

C'est la 26e fois que le CH perd les deux premiers matchs d'une série. Il n'est venu de l'arrière pour l'emporter que cinq fois, la dernière fois face aux Bruins de Boston en 2004.

«Avant de penser à gagner quatre des cinq prochains matchs, nous devons commencer par gagner un match, a noté Therrien. Le momentum peut changer rapidement dans une série.»

Bel effort, mais...

Le Canadien tirait de l'arrière 3-1 après deux périodes, même s'il a connu un début de soirée endiablé.

Il aurait mérité un meilleur sort au premier tiers. Il a décoché presque deux fois plus de lancers vers le filet, et il a dominé 14-9 dans les tirs cadrés. Mais c'étaient les Rangers qui menaient au score, 2-1.

Jouant avec fougue, les troupiers de l'entraîneur Therrien faisaient en sorte que Tokarski ne soit pas trop sollicité, en passant le plus de temps possible en zone ennemie.

«Nous avons amorcé le match exactement comme je le souhaitais, a dit Therrien. Nous avons fourni un superbe effort.»

Même qu'ils sont allés chercher l'important premier but à 6:14, grâce à l'acharnement de Pacioretty.

Mais la réplique rapide des visiteurs, 17 secondes plus tard, est venue refroidir leur ardeur et l'enthousiasme de la foule. Tokarski ne pouvait rien devant le tir anodin de McDonagh, qui a bifurqué sur Josh Gorges devant lui.

«Ç'a été le tournant du match, a opiné Vigneault. Nous avons calmé le jeu et trouvé notre rythme par la suite.»

Le but de Nash, à 1:02 de la fin de la période initiale, a porté un autre dur coup au moral du CH. Tout juste auparavant, Pacioretty avait été frustré par Lundqvist sur un tir à bout portant.

Tokarski a dit avoir tout juste effleuré le lancer de Nash, qui a dégainé sur réception au cours d'une descente à trois contre deux.

En deuxième, les équipes ont fait davantage jeu égal. Les Rangers ont profité d'une pénalité discutable à Alex Galchenyuk pour doubler leur avance, à 8:03.

Positionné directement dans l'enclave, St-Louis a complété l'échange entre McDonagh et Derek Stepan. Tokarski n'y a vu que du feu.

Tôt en troisième, le CH n'a pas pu saisir une occasion en supériorité, Lundqvist réalisant un bel arrêt face à P.K. Subban.

Les Rangers ont par la suite fermé la porte quand les hôtes ont augmenté le rythme en deuxième moitié d'engagement. Lundqvist a particulièrement été solide en infériorité numérique, avec moins de quatre minutes à écouler.

PLUS:pc