NOUVELLES

Le Fonds monétaire international aimerait toujours voir l'Allemagne investir plus

19/05/2014 12:00 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT
AFP

Le Fonds monétaire international (FMI) aimerait voir l'Allemagne investir encore plus, notamment dans les infrastructures, selon un rapport publié lundi qui décline à nouveau les recommandations traditionnelles de l'organisation à la première économie européenne.

"La reprise allemande va s'intensifier et continuer à être plus marquée que dans le reste de la zone euro", estime le FMI dans les conclusions de son rapport annuel consacré à l'Allemagne.

Mais les politiques publiques devraient en faire plus "pour accélérer la croissance", ce qui profiterait par ricochet aux partenaires européens de l'Allemagne, juge le FMI. Et de citer plus d'investissements publics notamment dans les infrastructures de transport, une libéralisation plus poussée du secteur des services, plus de clarté dans les modalités de la transition énergétique.

Autant de recommandations déjà émises par le passé par le FMI, et qui font écho à celles de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) la semaine dernière.

Le nouveau gouvernement d'Angela Merkel, en place depuis fin 2013 et qui associe ses conservateurs aux sociaux-démocrates, a déjà un peu desserré les cordons de la bourse sous la pression de ces derniers. Il prévoit des investissements dans les infrastructures, de transport et numériques, et l'éducation.

Si ces décisions sont "les bienvenues", "les sommes sont relativement modestes au regard des besoins estimés", estime le FMI, selon qui dépenser 0,5% du Produit intérieur brut (PIB) de plus par an serait "finançable sans violer les règles budgétaires (européennes)" et aurait un effet d'entraînement sur la croissance en Allemagne et dans toute la zone euro.

Sur la base du chiffre de 2013, 0,5% du PIB représenteraient 13,5 milliards d'euros par an, là où le gouvernement veut investir en tout 5 milliards d'euros de plus que prévu initialement dans les transports entre 2014 et 2017.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 20 pays les plus pauvres selon le FMI