NOUVELLES

Hudak veut que les petites entreprises se concentrent sur la création d'emplois

19/05/2014 10:09 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

TORONTO - Il est temps que le gouvernement de l'Ontario «cesse de harceler» les petites entreprises, de façon à permettre aux employeurs «sur-réglementés» de se concentrer sur la création d'un plus grand nombre d'emplois, a déclaré le chef du Parti progressiste-conservateur Tim Hudak, lundi.

M. Hudak a présenté ses projets visant à réduire la bureaucratie lors de son passage dans une usine de fabrication de cabinets sur mesure à Mississauga, dans le cadre de la campagne électorale menant au scrutin provincial du 12 juin prochain.

La promesse du Parti progressiste-conservateur de réduire d'au moins du tiers le «fardeau réglementaire» des petites entreprises pendant trois ans permettra de créer 84 000 nouveaux emplois sur une période de huit ans, a affirmé M. Hudak.

Cette mesure fait partie du vaste projet du parti de créer environ 500 000 nouveaux emplois en huit ans, tout en éliminant le déficit de 12,5 milliards $ de la province d'ici 2016-17, soit un an plus tôt que le Parti libéral.

Pour atteindre cet objectif, M. Hudak a indiqué qu'il réduirait les dépenses liées aux programmes gouvernementaux de six pour cent en quatre ans, incluant une réduction de 100 000 postes dans la fonction publique.

Les libéraux ont critiqué la plateforme du PPC, affirmant que si les électeurs décident de faire confiance aux conservateurs le 12 juin, la fragile reprise économique de l'Ontario se retrouverait dans une situation précaire.

Deux autres débats

S'il n'en tient qu'à la chef du Nouveau Parti démocratique Andrea Horwath, les chefs de parti auront à participer à deux autres débats.

Mme Horwath demande à ses rivaux de prendre part à un débat sur les emplois et sur l'économie, affirmant qu'il s'agit de dossiers prioritaires qui méritent d'être mis à l'avant-scène.

«L'une des choses qui m'inquiète dans cette campagne, c'est le fait que nous ne parlions pas suffisamment de cela», a-t-elle observé lundi, lors d'une escale dans une pâtisserie de Toronto.

«Je crois que les gens de cette province ont besoin de bien comprendre quels sont, selon les chefs de parti, les meilleurs moyens de stimuler la création d'emplois et de permettre aux gens de retourner sur le marché du travail.»

Mme Horwath avait précédemment défié ses rivaux à participer à cinq débats, dont un portant sur les affaires du nord de l'Ontario.

Les libéraux ont accepté de participer à ce débat, qui doit avoir lieu le 26 mai à Thunder Bay. En 2011, ils avaient fait l'objet de sévères critiques pour avoir refusé de prendre part à une confrontation semblable, une décision qu'ils avaient imputée à un conflit d'horaire.

«Je pense qu'il est très important d'admettre que des débats aient lieu sur des questions liées à ce secteur de la province qui ne sont pas toujours bien comprises par les citoyens d'autres régions, a reconnu la première ministre Kathleen Wynne.

«Pour cette raison, c'est très important pour moi d'avoir l'occasion de participer à ce débat des chefs dans le nord.»

Le Parti progressiste-conservateur n'a pas décidé s'il allait y prendre part.

PLUS:pc