NOUVELLES

Washington s'engage à ne plus recourir au subterfuge de campagnes de vaccination à des fins d'espionnage

19/05/2014 04:38 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT
AFP

Les États-Unis ont pris l'engagement de ne plus avoir recours au subterfuge de campagnes de vaccination à des fins d'espionnage, a indiqué lundi la Maison Blanche, alors que ce moyen avait été utilisé pour tenter de localiser Oussama ben Laden.

Le directeur de la centrale américaine du renseignement (CIA) John Brennan a décidé en août 2013 que "la CIA n'utilisera pas les programmes de vaccination à des fins opérationnelles" d'espionnage, a précisé une porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Caitlin Hayden.

En outre, la CIA "ne cherchera pas à obtenir ou exploiter de l'ADN ou d'autres éléments génétiques acquis lors de tels programmes", a précisé Mme Hayden à l'AFP, en soulignant que "cette politique s'applique dans le monde entier, aux Américains comme aux non-Américains".

Cette révélation intervient alors que les campagnes de vaccination au Pakistan et en Afghanistan ont été visées par des insurgés talibans qui les soupçonnent de couvrir des opérations d'espionnage.

De fait, la CIA avait cherché à confirmer la présence d'Oussama ben Laden au Pakistan en prélevant de l'ADN lors d'une fausse campagne contre l'hépatite. L'agence d'espionnage avait recruté un médecin pakistanais à cet effet.

Le maître d'Al-Qaïda avait été tué en mai 2011 lors d'un raid de commandos américains contre la maison fortifiée de la ville d'Abbottabad, où il se cachait.

Depuis un an et demi, des groupes armés multiplient les attaques meurtrières (56 morts depuis décembre 2012) contre les campagnes de vaccination au Pakistan, pays touché par une grave épidémie de polio pour laquelle l'organisation mondiale de la santé a décrété un état "d'urgence de santé publique de portée globale".

Les efforts pour éradiquer cette maladie au Pakistan sont également freinés par l'opposition de communautés conservatrices qui soupçonnent le vaccin de contenir du porc ou de causer l'infertilité, et les vaccinateurs d'être des espions à la solde des puissances occidentales.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM