NOUVELLES

En avalant DirecTV, AT&T deviendrait le 2e câblodistributeur aux États-Unis

19/05/2014 07:16 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

LOS ANGELES, États-Unis - AT&T dit voir son offre d'achat de 48,5 milliards $ US pour DirecTV comme une façon de redéfinir l'industrie du divertissement vidéo, lui donnant des opportunités pour combiner des services et avoir un pied dans les marchés latino-américains en croissance.

De fait, l'offre ouvre grande la voie pour qu'AT&T entre dans l'ère de la vidéo sur demande en ligne.

Les deux entreprises ont promis des avantages pour les consommateurs, comme des forfaits plus abordables qui lient les téléphones cellulaires, la télévision payante et l'accès à Internet sur une seule facture. AT&T stipule qu'il faudra sans doute de 12 à 18 mois pour qu'une offre solide en matière de vidéo en ligne soit disponible, mais que les services combinés devraient faire leur apparition peu de temps après la conclusion de l'entente, ce qui devrait survenir d'ici un an, mentionnent les deux compagnies.

AT&T est actuellement le deuxième plus important fournisseur d'Internet sans fil aux États-Unis, avec 116 millions de clients.

L'entreprise obtiendrait l'accès aux 20,3 millions d'abonnés américains de DirecTV, en plus de 18,1 millions de clients en Amérique latine. Les abonnés américains du distributeur, combinés aux 5,7 millions d'abonnés au service télé U-verse, offriront à la compagnie fusionnée un bassin de 26 millions d'Américains désireux d'obtenir du contenu vidéo. Cela en ferait le deuxième câblodistributeur de télévision payante du pays, après les forces conjointes de Comcast-Time Warner Cable, qui brancheraient 30 millions de foyers en vertu d'une offre de fusion de 45 milliards $ US déposée en février.

Lors d'une conférence téléphonique tenue dimanche, le président d'AT&T Randall Stephenson a expliqué que l'offre d'achat permettait de concrétiser une vision remontant à plusieurs années, soit la capacité de distribuer du contenu sur diverses plateformes: téléphone intelligent, tablette numérique, télévision ou ordinateur.

De son côté, Michael White, président de DirecTV, a précisé lundi que son entreprise entretenait des discussions informelles depuis des années avec AT&T à propos d'une fusion, mais que les récentes tendances dans l'industrie avaient entraîné l'engrenage. Les deux compagnies visent des réductions de coûts de l'ordre de 1,6 milliard $ US par année dans un marché de la télévision de plus en plus dispendieux et vieillissant. En utilisant les réserves de fonds de DirecTV, AT&T a une plus grande capacité pour investir dans ses réseaux de téléphonie filaire et sans fil pour atteindre plus de clients et offrir des vitesses plus élevées dans un marché web où elle risque d'être distancée par le duo Comcast-Time Warner Cable.

L'accord pourrait cependant susciter quelques froncements de sourcils au sein de l'organisme réglementaire américain, la Federal Communications Commissions, puisqu'il ferait passer de quatre à trois le nombre de câblodistributeurs accessibles à environ le quart des foyers américains.

PLUS:pc