NOUVELLES

Des journalistes arrêtés en Crimée et dans l'Est de l'Ukraine

19/05/2014 10:26 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

Plusieurs journalistes se sont plaints lundi avoir été détenus par les services de sécurité russes en Crimée, tandis que Moscou a accusé Kiev de garder en captivité deux reporters russes dans l'Est de l'Ukraine.

La police russe et des membres de groupes paramilitaires ont détenu plusieurs journalistes samedi et dimanche, dont l'un, journaliste local, a confié avoir été volé et battu.

"Ils m'ont fait rester debout face au mur pendant quatre heures", a écrit Osman Pachaïev sur sa page Facebook, ajoutant qu'on lui avait volé une partie de son matériel professionnel.

"Ils ne m'ont pas trop battu, juste quelques fois dans les jambes", a-t-il ajouté.

Le journaliste soupçonne les groupes paramilitaires d'"autodéfense" pro-russes qui se sont constitués en Crimée fin février avant le rattachement de la péninsule à la Russie.

Un autre journaliste, Artur Moriakov, a été détenu pendant quatre heures alors qu'il filmait le rassemblement des Tatars de Crimée pour le 70e anniversaire de leur déportation par Staline, a indiqué à l'AFP l'un de ses collègues.

Alors que leur manifestation était interdite, plusieurs milliers de Tatars de Crimée se sont réunis dimanche, encadrés par d'importantes forces de sécurité.

Artur Moriakov "était en train de filmer des voitures de police, des policiers anti-émeute, et il a été détenu pendant plusieurs heures. Il a été fouillé et interrogé par la police et le Service fédéral de sécurité", le FSB, a raconté cette source.

Un journaliste polonais, du quotidien Gazeta Wyborcza, a aussi été arrêté et retenu pendant environ six heures par le FSB qui l'a accusé d'écrire "des textes anti-russes".

Le FSB a aussi arrêté, cette fois pour terrorisme, le réalisateur et opposant Oleg Sentsov, selon le ministre ukrainien des Affaires étrangères, qui a appelé à sa libération immédiate.

Dans l'Est de l'Ukraine, ce sont deux journalistes du site internet russe Life News qui ont été arrêtés par des soldats ukrainiens près de la ville de Kramatorsk, ce qui a provoqué la colère de Moscou.

Selon le site russe, Oleg Sidiakine et Marat Saïtchenko sont retenus par des gardes nationaux ukrainiens qui les soumettent à des violences.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a demandé dans un communiqué dimanche leur remise en liberté immédiate. Il a aussi appelé lundi l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) à oeuvrer pour leur libération.

ma-all/lpt/cgu

PLUS:hp