NOUVELLES

AstraZeneca rejette la nouvelle offre d'achat de 119 milliards $ de Pfizer

19/05/2014 02:59 EDT | Actualisé 19/07/2014 05:12 EDT

LONDRES - Le conseil d'administration d'AstraZeneca a rejeté, lundi, la nouvelle offre bonifiée de 118,8 milliards $ soumise la veille par le fabricant américain de médicaments Pfizer, une décision qui a causé un léger recul de la valeur boursière de la société britannique.

Plusieurs investisseurs semblent croire en effet que ce rejet mettra un terme aux offres hostiles que Pfizer soumet depuis janvier.

Dans un communiqué, le conseil d'administration a affirmé qu'il croit toujours qu'AstraZaneca «assurera ses perspectives d'avenir en tant que compagnie indépendante et guidée par la science».

Pfizer, le fabricant de médicaments qui enregistre les secondes ventes les plus élevées dans le monde, courtise AstraZaneca, le huitième en importance, depuis janvier, soutenant que les activités des deux entreprises sont complémentaires.

Dimanche, Pfizer a bonifié son offre de 15 pour cent, la portant à 118,8 milliards $ US. Cela aurait constitué l'acquisition la plus importante jamais enregistrée dans le milieu pharmaceutique et la troisième toutes industries confondues, selon des chiffres avancés par la firme de recherche Dealogic.

AstraZeneca n'a pas hésité longtemps avant de rejeter la nouvelle offre de Pfizer. Le conseil a répliqué qu'il s'agissait d'«une tentative opportuniste pour transformer AstraZeneca d'une façon qui ne reflète pas les valeurs» mises de l'avant par sa gamme de médicaments expérimentaux.

La compagnie Pfizer a affirmé qu'elle ne bonifiera pas à nouveau son offre, ce qui laisse croire qu'une entente est plus que jamais improbable, à moins que les actionnaires d'AstraZaneca n'ordonnent au conseil de changer d'idée. Or, avec le recul de 11,1 pour cent de la valeur boursière de la compagnie, les actionnaires semblent croire qu'une entente est peu probable.

Selon le président d'AstraZeneca, Leif Johansson, l'équipe de direction a fait savoir à Pfizer qu'il faudrait encore augmenter de 10 pour cent l'offre de 53,50 livres par action. Cette dernière offre de Pfizer ne représentait qu'une «amélioration mineure», a-t-il dit.

«Si Pfizer dit qu'il s'agissait là d'une offre finale, je dois le croire», a-t-il dit en entrevue à la BBC.

Selon les règles britanniques d'acquisition, Pfizer a jusqu'au lundi 26 mai à 17 h pour déposer une nouvelle offre, sans quoi il ne pourra revenir à la charge pendant six mois.

PLUS:pc