NOUVELLES

Nigeria: une voiture piégée fait au moins 4 morts dans le nord du Nigeria

18/05/2014 09:12 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

KANO, Nigeria - Une voiture piégée a explosé dimanche soir dans le quartier chrétien de Kano, la deuxième ville la plus peuplée du Nigeria, et principale ville musulmane du pays, faisant au moins quatre morts, a annoncé la police.

Un responsable de la police, Aderenle Shinaba, a indiqué que le véhicule a explosé dimanche soir avant que l'assaillant n'atteigne sa cible, une série de restaurants achalandés et de bars le long de la Gold Coast Street, soulignant que le bilan des victimes aurait pu être bien plus élevé. Il n'était pas possible de savoir si le terroriste faisait partie des victimes.

Cinq personnes ont également été blessées.

Le quartier chrétien de Sabon Gari est un endroit populaire où les gens vont manger, jouer, danser et boire de l'alcool jusqu'à tard dans la nuit — toutes des activités aux antipodes des visées des extrémistes islamistes blâmés pour de précédentes attaques dans ce quartier.

De multiples explosions dans Sabon Gari — «Quartier des étrangers» dans la langue Hausa — ont fait au moins 24 morts en juillet dernier, et un kamikaze a fait foncer une voiture bourrée d'explosifs dans la station d'autobus achalandée en mars 2013, entraînant la mort d'au moins 25 personnes.

L'alcool est interdit selon la charia qui est implantée dans cette ville musulmane, mais les autorités acceptent généralement d'ignorer le quartier chrétien et les hôtels.

De précédentes explosions ont été imputées au groupe extrémiste Boko Haram qui a revendiqué deux attentats le mois dernier dans la capitale, Abuja, dans le centre du pays, qui ont fait plus de 120 morts et plus de 200 blessés.

L'attention de la communauté internationale s'est tournée vers le groupe à la suite du kidnapping de 276 élèves qu'il menace de vendre comme esclaves si le gouvernement ne libère pas des prisonniers. Cette possibilité a été rejetée par le gouvernement, affirment des responsables. Plusieurs pays, dont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne, ont dépêché des experts militaires en surveillance, en renseignement et en négociation pour aider à libérer les jeunes filles.

L'insurrection islamiste, en cours depuis cinq ans, a fait des milliers de morts dans des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, et ce malgré un état d'urgence en place depuis un an. Plus de 1500 civils ont trouvé la mort jusqu'à maintenant cette année.

PLUS:pc