NOUVELLES

Naufrage en Corée du Sud : la Garde côtière pourrait être démantelée

18/05/2014 10:11 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - La présidente de la Corée du Sud, Park Geun-hye, a fait part de son intention, lundi, de demander le démantèlement de la Garde côtière, dans la foulée du désastre maritime du mois dernier qui a fait plus de 300 morts ou disparus.

Lors d'un discours télévisé, Mme Park a qualifié d'échec les opérations de secours qui ont suivi la tragédie.

La Garde côtière a été la cible de critiques grandissantes à la suite de ce que plusieurs considèrent comme ayant été un piètre effort de recherches et secours après le naufrage du traversier Sewol, le 16 avril.

La plupart des victimes étaient des élèves d'une école secondaire située près de Séoul, qui voyageaient en direction de l'île touristique de Jeju, dans le sud du pays.

Mme Park a précisé qu'elle tentera de mettre sur pied une législation qui aurait pour effet de transférer les responsabilités de la Garde côtière à l'Agence nationale de police et à une nouvelle entité gouvernementale qu'elle compte créer.

Par ailleurs, Mme Park a de nouveau présenté ses excuses pour la gestion du naufrage par le gouvernement, l'un des désastres les plus meurtriers en plusieurs décennies en Corée du Sud, acceptant même d'en prendre la responsabilité.

C'est au moins la troisième fois que Mme Park offre ses excuses à la suite de la tragédie.

Environ un mois après le naufrage, 286 corps ont été récupérés mais 18 autres sont toujours recherchés. Quelque 172 personnes, incluant 22 des 29 membres de l'équipage, ont survécu.

La semaine dernière, des procureurs ont accusé les 15 membres de l'équipage ayant la tâche de naviguer le traversier. Quatre d'entre eux font face à des accusations d'homicide.

PLUS:pc