NOUVELLES

L'Ukraine souligne le 70e anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée

18/05/2014 08:32 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, dimanche, dans les rues de Kiev, la capitale de l'Ukraine, afin de souligner le 70e anniversaire de la déportation des Tatars de Crimée.

De nombreux Tatars sont plus tard retournés dans la péninsule. Partisans du gouvernement intérimaire ukrainien, ils se sont vivement opposés à l'annexion de la Crimée par la Russie en mars dernier.

Alors que le rassemblement de Kiev s'est déroulé sans incident, les nouveaux leaders criméens ont interdit la tenue d'un événement semblable dans la capitale de la péninsule, Simferopol. Certains Tatars se sont plutôt réunis dans une mosquée aux limites de la ville.

En mai 1944, peu de temps après que les troupes soviétiques eurent chassé les forces allemandes de la Crimée, Joseph Staline avait accusé les Tatars d'avoir collaboré avec l'ennemi et ordonné leur déportation.

Environ 250 000 Tatars ont été parqués dans des trains de marchandises et envoyés en Asie centrale, où plus de 40 pour cent d'entre eux ont succombé à la faim et à la maladie.

Dans un communiqué publié dimanche soir, le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, a affirmé que les cérémonies tenues pour commémorer la déportation soulignent qu'il ne faut pas oublier les leçons de l'histoire, et qu'il est nécessaire de dénoncer ce qu'il a qualifié d'agression russe».

«La tentative du président [russe Vladimir] Poutine d'annexer la Crimée signifie que les quelque 250 000 Tatars qui y vivent aujourd'hui ne peuvent pas vivre librement et en paix.

«Nous condamnons vigoureusement l'intimidation de manifestants pacifiques en Crimée par les forces de sécurité russes, qui ont aussi empêché de nombreux Tatars d'entre dans la ville de Simferopol, y compris leur chef, Moustafa Djemilev», a ajouté M. Baird.

«Le Canada continue de réclamer la protection des droits de toutes les collectivités de la péninsule criméenne, y compris les Tatars, qui continuent à se prononcer avec courage en faveur d'une Ukraine libre et démocratique», a conclu le ministre.

PLUS:pc