NOUVELLES

Les inondations dans les Balkans provoquent plus de 3000 glissements de terrain

18/05/2014 03:40 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

BRCKO, Bosnie-Herzégovine - Les inondations ont provoqué plus de 3000 glissements de terrain à travers les Balkans, dimanche, détruisant des villages entiers et déplaçant les mines antipersonnel disséminées durant l'une des guerres qui ont ravagé la région dans les années 1990, de même que les panneaux indiquant leur emplacement.

Le désastre a forcé l'évacuation de dizaines de milliers de personnes et fait au moins une vingtaine de morts, en plus de menacer la principale centrale électrique de la Serbie, qui fournit du courant à un tiers du pays et à une bonne partie de la capitale, Belgrade.

Les autorités ont mobilisé des hélicoptères afin de secourir des familles terrifiées avant que leur maison ne soit engloutie par les eaux. Plusieurs d'entre elles ont dû se réfugier sur le toit de leur résidence.

Les eaux avaient baissé à certains endroits, dimanche, permettant de constater l'ampleur des dommages. Ailleurs, elles devaient continuer à monter durant la soirée.

L'équivalent de trois mois de précipitations est tombé en trois jours sur les Balkans, provoquant les pires inondations à avoir frappé la région depuis 120 ans.

La pluie a causé environ 2100 glissements de terrain en Bosnie-Herzégovine. Dans le nord-est du pays, les villes d'Orasje et de Brcko, qui sont situées sur les rives de la rivière Save, risquaient d'être complètement submergées.

En Serbie, où 1000 glissements de terrain ont été rapportés, certaines zones de la centrale électrique Nikola Tesla, de même que la mine de charbon qui l'alimente, étaient déjà inondées.

EPS, la société d'État serbe qui exploite la centrale, a assuré que ses employés faisaient tout en leur pouvoir pour limiter les dégâts. Les dommages déjà causés à la mine sont toutefois estimés à 100 millions d'euros.

Les inondations et les glissements de terrain pourraient aussi avoir un impact néfaste sur le million de mines antipersonnel ensevelies durant le conflit de 1992-1995 en Bosnie-Herzégovine.

Près de 120 000 de ces engins explosifs sont toujours enfouis dans quelque 9 400 lieux clairement identifiés. Mais les intempéries ont emporté les panneaux d'avertissement et, dans certains cas, les mines elles-mêmes.

Outre le danger qu'ils représentent pour les Bosniens, les engins explosifs pourraient aussi créer un problème international si les eaux les entraînent dans d'autres pays.

De larges pans de la Croatie étaient également inondés, dimanche, des centaines de personnes ayant été contraintes de fuir leur village en camion ou en bateau.

PLUS:pc