NOUVELLES

La police israélienne "ne laissera pas des extrémistes gâcher la visite du pape"

18/05/2014 08:48 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Le chef de la police israélienne a affirmé dimanche qu'il ne laisserait "aucun extrémiste juif gâcher la visite du pape" François en Terre sainte, en réponse à une récente recrudescence d'actes de vandalisme anti-chrétien.

"Nous ferons tout notre possible pour assurer qu'ils (les extrémistes juifs) ne s'en prendront à aucun lieu saint chrétien et pour que ce voyage soit un succès", a promis le patron de la police, Yohanan Danino, lors d'une conférence de presse à Jérusalem.

Selon les médias israéliens, la police et le Shin Beth, le service de la sécurité intérieure, craignent que la mouvance radicale juive ne profite du pèlerinage du pape François en Terre sainte, du 24 au 26 mai, pour intensifier sa campagne d'intimidation contre ceux qu'ils tiennent pour "idolâtres", avec des actes de vandalismes ou des agressions physiques.

Le pape se rend en Jordanie, dans les Territoires palestiniens puis à partir du 25 mai après-midi en Israël, où cette visite fera l'objet d'un dispositif policier similaire à celui déployé lors de la visite du président américain Barack Obama en 2013. Au total, 8.000 policiers seront mobilisés à Jérusalem.

"On ne saurait exagérer l'importance de cette visite sur le plan national et international", a souligné M. Danino.

"Toutes sortes d'éléments extrémistes s'efforcent de créer des tensions et un climat oppressant (autour de cette visite). Mais nous ne succomberont pas à ces pressions et nous ne les laisserons pas faire", a-t-il insisté.

Mais le nonce apostolique en Israël, Mgr Giuseppe Lazzarotto, s'est voulu rassurant.

"Nous savons que ce sont des choses qui se produisent, mais nous ne devons pas donner plus d'importance (à ceux qui commettent ces actes) qu'ils n'en ont, car nous savons que la majorité des Israéliens sont heureux de la venue du Saint père", a-t-il déclaré à des journalistes.

"Le but de sa visite est de nous encourager à ne pas avoir peur les uns des autres, et à nous parler et à vivre ensemble en paix", a-t-il encore dit.

"Il ne veut pas de voiture blindée. Vous savez pourquoi ? Parce qu'il pense que cela serait envoyer un mauvais messages +j'ai besoin d'une voiture blindée parce que j'ai peur de vous+", a ajouté le nonce apostolique, affirmant que "le pape n'a peur de personne. Il vient prêcher, annoncer et demander la paix, la compréhension".

Israël a déjà renforcé la protection de certains lieux saints chrétiens à la suite d'une multiplication des actes de vandalisme imputés à des juifs nationalistes religieux.

"Nous n'avons aucune raison d'avoir peur car Israël met à notre disposition une dose nécessaire, voire une 'overdose', de sécurité", a assuré de son côté le patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal.

Si la police a procédé à des interpellations dans les milieux juifs d'extrême-droite, la récente vague d'agressions n'a donné lieu pour le moment à aucune poursuite ni inculpation, les suspects appréhendés étant souvent des mineurs rapidement relâchés.

Les Palestiniens ont par ailleurs indiqué dimanche qu'ils avaient terminé les préparatifs pour la venue du Pape à Bethléem.

"Nous avons fini de préparer cette visite historique, qui enverra un message d'amour, de paix et de dialogue interreligieux", a annoncé Hanna Amirah, une responsable chargée de l'organisation de la visite papale.

gt-hmw-dar/agr/cbo/hj

PLUS:hp