NOUVELLES

Espagne: des milliers de fans de l'Atletico accueillent leurs champions

18/05/2014 03:58 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Agitant des milliers d'écharpes et drapeaux aux couleurs, rouge et blanche, de leur club, les supporteurs de l'Atletico étaient venus en masse fêter avec leur équipe dimanche à Madrid le titre de Champion d'Espagne, qui lui avait résisté pendant 18 ans.

"Olé, Olé, Olé, Cholo Simeone", hurlaient les milliers de supporteurs, en hommage à l'entraîneur argentin Diego Simeone, ex-milieu de terrain de l'Atletico Madrid champion d'Espagne en 1996, qui a mené samedi l'équipe vers un nouveau triomphe en Liga, contre le FC Barcelone au Camp Nou (1-1).

"Ca n'arrive qu'une fois tous les 18 ans. Ca unit beaucoup de gens", se réjouissait Celia Fernandez, Madrilène de 32 ans, tandis qu'une amie, Rocio Gordillo, 30 ans, agitait gentiment les bras de sa fille de neuf mois en riant: "Elle aussi sera supporteur de l'Atleti".

Embarquée dans un bus à impériale, l'équipe est sortie du stade Vicente-Calderon, dans le sud de la capitale, vers 18H00 GMT avant de traverser la ville pour arriver jusqu'à la place de Neptune, lieu traditionnel de célébration de ses victoires, chantant en coeur l'hymne du club avec les supporteurs enthousiasmés.

Mario Ventura n'avait que sept ans lors de la dernière victoire de son équipe. "Venir fêter ça, c'était non-négociable", expliquait le Madrilène qui portait le t-shirt du club.

Les joueurs sont ensuite arrivés un par un sur la scène installée autour de la fontaine représentant le dieu Neptune, qu'ils ont coiffé de l'écharpe du club.

Le gardien de but belge Thibaut Courtois a ouvert le bal sous les applaudissements nourris des supporteurs. David Villa, Diego Costa, sorti samedi au bout de seulement 15 minutes de jeu sur blessure et le capitaine, Gabriel Fernandez, ont aussi été copieusement ovationnés, Diego Simeone, radieux, se mettant à danser de bon coeur avant de prononcer quelques mots.

"Ce n'est pas seulement une Liga, a déclaré l'entraîneur. C'est quelque chose de beaucoup plus important, ce que je veux vous transmettre, à tous: que si on y croit et qu'on travaille, c'est possible. Alors allons-y!"

"Notre moral est au plus haut", confiait Tomas Martinez, âgé de 55 ans, avant de parier, avec la finale de la Ligue des Champions contre le Real Madrid en vue: "samedi prochain, nous serons ici pour une nouvelle célébration."

elc/jta

PLUS:hp