NOUVELLES

Clôture des championnats en Europe, place au Brésil !

18/05/2014 06:11 EDT | Actualisé 18/07/2014 05:12 EDT

Les deux derniers grands championnats européens, l'Espagne et l'Italie, fermaient leurs portes ce week-end, et hormis la finale de la Ligue des champions le 24 mai, la planète foot peut maintenant se tourner vers le Mondial au Brésil.

Plus que 25 jours à attendre avant le coup d'envoi du plus important évènement sportif au Monde, organisé cette année qui plus est au pays du football roi, le 12 juin, avec Brésil-Croatie à Sao Paulo. Avant une finale le 13 juillet au Maracana à Rio.

Pour l'heure, les airs de samba attendus ont été recouverts par les sirènes de police. Des manifestations ont réuni la semaine dernière environ 10.000 personnes à Sao Paulo, Rio, Brasilia, Belo Horizonte, Porto Alegre et Manaus, toutes des villes accueillant le Mondial.

Encadrées de très près par les forces de l'ordre, elles se sont déroulées très majoritairement de façon pacifique et même festive, autour du slogan "Coupe sans le peuple, me revoilà dans la rue!". Même si, à Sao Paulo, les images de quelques casseurs en train de saccager un concessionnaire d'un fabriquant automobile partenaire officiel du Mondial ont fait le tour des télévisions et sites internet.

Le sélectionneur brésilien Felipe Scolari a, lui, d'autres soucis à gérer. "Felipao" a livré sa liste des 23 joueurs plus 7 réservistes. Mais il a été mis en examen au Portugal dans le cadre d'une enquête "concernant d'éventuelles infractions fiscales", la procédure ouverte portant sur des faits remontant à la période 2003-2008 quand il était sélectionneur des Portugais.

Des accusations qu'il rejette en bloc, assurant que cela n'interférerait pas dans son travail, même s'il juge "malveillant" qu'"une enquête confidentielle" soit "rendue publique".

Scolari n'avait pas besoin de ça, alors que tout un pays lui réclame cette sixième étoile de champion du monde à coudre sur les maillots "auriverde". Il n'est pourtant pas le seul entraîneur à voir son quotidien parasité par une affaire extra-sportive.

- Listes officielles le 2 juin -

Didier Deschamps, le coach des Bleus, a porté plainte contre la compagne de Samir Nasri qui l'avait copieusement insulté sur twitter pour ne pas avoir retenu le joueur de Manchester City dans ses 30 joueurs.

De quoi mettre un peu plus de pression autour d'une équipe de France qui devra se tenir à carreau, quatre ans après la fameuse grève de l'entraînement à Knysna lors du Mondial-2010. Deschamps devra aussi voir un peu plus loin, car après le Mondial au Brésil, il faudra préparer un Euro-2016 à la maison, en France.

Le rassemblement des Bleus commencera d'ailleurs dès lundi à Clairefontaine. D'autres sélections ont déjà débuté leur stage, comme les Allemands, première grande nation à jouer en amical de préparation la semaine dernière, avec un nul sans but contre la Pologne. Joachim Löw avait mis à l'épreuve des présélectionnés ainsi que des espoirs pour 2016 et 2018. Il devra ensuite comme tous ses homologues réfléchir à la réduction de sa liste.

Les 32 nations qualifiées, même si beaucoup d'entre elles ont déjà fait le distinguo entre les 23 et les 7 réservistes, ont jusqu'au 2 juin pour réduire leur groupe à 23 éléments. La Fifa publiera les listes des 23 officielles sur son site internet le 5 juin à la mi-journée.

D'ici là, c'est l'heure des derniers essais. Samedi, Equateur et Pays-Bas se sont neutralisés (1-1).

Nombre de sélectionneurs regarderont enfin avec intérêt, et une pointe d'inquiétude inévitable dans la peur d'une blessure, leurs joueurs évoluer une dernière fois en club le 24 mai à Lisbonne, pour ceux concernés par la finale de la Ligue des champions.

Et il y aura du beau monde sur la feuille de match de ce choc madrilène entre le Real et l'Atletico. Du côté du Real, Cristiano Ronaldo (Portugal) et Karim Benzema (France) connaissent déjà quelques pépins physiques, tout comme Diego Costa (Espagne) dans les rangs de l'"Atleti".

Seul "l'homme qui valait 100 millions d'euros", Gareth Bale, côté Real, jouera sans penser au Mondial, ne s'étant pas qualifié avec le Pays de Galles.

pgr/dla/jcp

PLUS:hp