NOUVELLES

Sara Errani devient la première Italienne en 29 ans à passer en finale à Rome

17/05/2014 11:05 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

ROME - Sara Errani est devenue la première Italienne en près de 30 ans à atteindre la finale de l'Omnium d'Italie, samedi, signant un gain de 6-3 et 7-5 aux dépens de la Serbe Jelena Jankovic, sixième tête de série.

La favorite locale et 10e tête de série a comblé un retard de 1-4 dans un deuxième set où Jankoic a semblé déconcentrée, mettant souvent en doute les décisions de l'arbitre et des juges de ligne.

«Il y a eu quelques moments où j'ai douté de moi, mais le public a été fabuleux», a mentionné Errani, qui tentera de devenir la première Italienne à gagner le tournoi depuis Raffaella Reggi, en 1985.

Errani aura comme rivale la championne en titre Serena Williams, qui a prévalu 6-1, 3-6 et 6-1 contre la Serbe Ana Ivanovic, 11e tête de série.

La favorite américaine, qui a mérité cinq bris et cinq as, est à la recherche d'un premier titre sur terre battue cette année, après avoir triomphé sur des surfaces dures à Brisbane et à Miami.

En demi-finale parisienne de 2013, Williams a surclassé Errani 6-0 et 6-1.

Chez les hommes, le Serbe Novak Djokovic est passé en finale en battant le Canadien Milos Raonic 6-7 (5), 7-6 (4) et 6-3, après une chaude lutte de trois heures.

Il trouvera en match ultime l'Espagnol Rafael Nadal, qui a aisément défait le Bulgare Grigor Dimitrov, 6-2 et 6-2.

Nadal en sera à sa neuvième finale à Rome, où il a déjà triomphé sept fois (2005 à 2007, 2009, 2010, 2012 et 2013).

Le numéro un mondial a profité de 32 fautes directes de Dimitrov, qui disputait une première demi-finale en série Masters.

Nadal a brisé le Bulgare quatre fois, en plus de résister aux trois occasions du genre qu'il lui a concédées. Il a également réussi 80 pour cent de ses premiers services.

Djokovic tentera dimanche de remporter le tournoi pour la troisième fois de sa carrière.

L'Ontarien Raonic a dominé 17-3 pour les as et a remporté les trois quarts des points disputés sur sa première balle, mais le Serbe a été tout aussi solide à sa façon au service, n'étant brisé qu'une seule fois en huit occasions.

«L'exécution m'a fait défaut à certains moments, mais mon approche était la bonne et je me suis quand même donné plusieurs chances, a dit Raonic. J'aurait juste voulu agir différemment sur certains points. Il a mieux fait que moi dans les moments importants.»

Raonic retournera au neuvième rang mondial dans le prochain classement de l'ATP. Il sera par ailleurs dans les huit premières têtes de série pour l'étape française du Grand chelem car le numéro sept, l'Argentin Juan Martin Del Potro, s'en est déjà retiré à cause d'une blessure au poignet.

Errani connaît son meilleur parcours depuis la finale de Roland-Garros en 2012, où elle s'est inclinée devant Maria Sharapova.

Jankovic, championne du tournoi romain en 2007 et 2008, a souvent demandé à l'arbitre de venir voir des marques de balles, sans jamais obtenir de verdict favorable.

«J'ai essayé de rester concentrée sur mon jeu, mais elle a été la meilleure cette fois-ci», a dit Jankovic.

Errani jouait en double plus tard samedi et sa partenaire Roberta Vinci étaient dans la foule partisane, tout comme les parents et le frère d'Errani.

«C'est très important pour moi qu'ils soient là , a dit Errani. Ils me donnent de la force et de la motivation.»

Errani s'est limitée à 11 fautes directes, contre 28 pour sa rivale.

Jankovic a dominé 5-0 pour les as mais elle a aussi commis quatre doubles fautes, en plus de subir cinq bris.

PLUS:pc