NOUVELLES

Plusieurs engins possiblement explosifs sortis d'une résidence à Montréal

17/05/2014 08:55 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les artificiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) s'affairaient toujours, dans la nuit de dimanche, à maîtriser ce qui pourrait être plusieurs engins explosifs artisanaux. Les objets avaient été sortis samedi d'une résidence de l'arrondissement Ahunstic-Cartierville, à Montréal.

En soirée samedi, Daniel Lacoursière, porte-parole du SPVM, a précisé que l'opération a forcé l'établissement d'un large périmètre de sécurité et l'évacuation d'une cinquantaine de résidences. Les personnes évacuées ont été prises en charge par la Croix-Rouge et envoyés dans un endroit sécuritaire et confortable pour la nuit.

L'opération devait durer une partie de la nuit, le temps de permettre aux spécialistes d'identifier les engins et de les neutraliser avant de sécuriser l'intérieur de la résidence.

Sans vouloir spécifier le nombre d'objets sortis, M. Lacoursière a expliqué, samedi soir, que le robot du SPVM allait les faire exploser un à un, avant que les artificiers n'en examinent les restes pour ensuite en déterminer la nature.

«Il faut comprendre qu'il n'y a aucune chance à prendre. Les artificiers ne connaissent pas la nature des objets que le robot manipule».

D'ailleurs, le SPVM demandait aux citoyens du secteur qui n'étaient pas évacués de ne pas s'inquiéter des bruits de détonation.

Les événements ont pris naissance vers 9 h samedi matin, lorsque les policiers ont reçu une information à l'effet que de possibles engins explosifs artisanaux se trouvaient dans une résidence située sur la rue Robertine-Barry. Leurs vérifications ont permis de constater qu'il y avait effectivement des objets suspects à l'intérieur.

Par ailleurs, un homme de 18 ans, relié à la résidence en question, a été arrêté vers 10 h 50 au centre-ville de Montréal. Les enquêteurs de la section des incendies criminels du SPVM l'ont rencontré une première fois, samedi, et le jeune homme était de nouveau interrogé, dans la nuit de dimanche.

«L'homme est détenu et le restera tant et aussi longtemps que les enquêteurs n'auront pas été en mesure de perquisitionner l'intérieur du domicile».

PLUS:pc