NOUVELLES

Espagne: le Singapourien Peter Lim prend le contrôle de Valence

17/05/2014 11:24 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

L'homme d'affaires singapourien Peter Lim, candidat depuis décembre au rachat du Valence CF, a été choisi pour en prendre le contrôle, a annoncé samedi la fondation qui était jusque-là propriétaire du club espagnol, plombé par une très lourde dette.

Peter Lim, 60 ans, a été désigné à l'unanimité par le conseil d'administration de la "Fundacion Valencia CF" pour prendre quelque 70% du capital du club, après s'être engagé à investir au moins 300 millions d'euros dans le club.

Le nouveau propriétaire va désormais devoir négocier avec Bankia, principal créancier du club à hauteur de plus de 200 millions d'euros selon les médias espagnols.

"Nous estimons que c'est la meilleure proposition, celle qui dégage le plus le futur du Valence CF", a dit en conférence de presse Aurelio Martinez, président de la fondation.

L'avènement de Peter Lim constitue un nouveau cas de rachat d'un club de football européen par des capitaux étrangers, quelques mois seulement après l'arrivée du milliardaire indonésien Erik Thohir à l'Inter Milan (Italie).

"Je suis très heureux d'avoir été retenu après ce rigoureux processus de sélection. Les supporteurs du Valence CF assistent enfin à l'achèvement de mois d'incertitude", a dit Peter Lim dans un communiqué.

En décembre, l'actuel président de Valence Amadeo Salvo avait présenté à la presse la candidature de Lim, parlant d'"opportunité historique" pour le club, qui achève sa saison au milieu du tableau de Liga.

Valence est englué dans des difficultés financières depuis plusieurs années, avec notamment un nouveau stade dont les travaux sont au point mort. Le club a en outre fait l'objet d'une enquête de la Commission européenne qui cherche à déterminer si les prêts publics accordés au club par le gouvernement régional de Valence sont compatibles avec le droit communautaire.

Selon la presse espagnole, le Valence CF affiche à ce jour 220 millions d'euros de dettes à l'égard de la banque Bankia, qui est aussi créancière de la fondation du club à hauteur de 86 millions d'euros.

L'Espagne avait été contrainte de voler au secours de Bankia en 2012 en injectant quelque 20 milliards d'euros, un sauvetage historique qui avait précipité l'octroi d'une aide européenne de 41,3 milliards pour son secteur bancaire.

jed/bm

PLUS:hp