NOUVELLES

Des leaders africains se réunissent à Paris au sujet des Nigérianes enlevées

17/05/2014 08:04 EDT | Actualisé 17/07/2014 05:12 EDT

PARIS - Quelques heures après une autre attaque de Boko Haram, les dirigeants de cinq pays africains ainsi que des représentants français, britanniques et américains réunis à Paris ont établi les grandes lignes d'une stratégie internationale visant à lutter contre le groupe islamiste ayant enlevé plus de 200 jeunes filles au Nigeria.

Affirmant que Boko Haram est une menace pour la civilisation, le président français, François Hollande, a insisté, samedi, sur les liens du groupe avec Al-Qaïda et d'autres organisations terroristes.

Les extrémistes, qui disent mener une guerre sainte au Nigeria, traversent librement la frontière avec le Cameroun, où le camp d'une firme d'ingénierie chinoise a été attaqué tard vendredi soir. Les médias chinois ont rapporté que 10 personnes manquaient à l'appel à la suite de l'assaut.

Les leaders du Nigeria, du Niger, du Cameroun, du Tchad et du Bénin ont discuté, samedi, avec les envoyés de la France, du Royaume-Uni et des États-Unis afin d'élaborer un plan permettant de partager des renseignements et de retrouver les captives.

Boko Haram a proposé d'échanger les 276 adolescentes contre des militants emprisonnés et menacé de vendre les otages comme esclaves si le gouvernement nigérian n'acceptait pas son offre.

M. Hollande a déclaré que le but du groupe était de déstabiliser le Nigeria et de détruire les principes fondamentaux de la dignité humaine.

Les pays occidentaux ont fait savoir qu'ils ne lanceraient pas d'intervention militaire dans le pays africain. Selon les autorités britanniques, le président nigérian, Goodluck Jonathan, qui a accepté avec réticence l'aide de la communauté internationale, a refusé d'échanger des prisonniers contre les jeunes filles.

Vendredi, M. Jonathan a annulé une visite qu'il devait faire dans la ville où s'est produit l'enlèvement, apparemment pour des raisons de sécurité.

Le nord-est du Nigeria, où les adolescentes ont été kidnappées, a été le théâtre de multiples attaques du groupe islamiste au cours des cinq dernières années. Des milliers de personnes ont été tuées, dont plus de 1500 civils cette année.

PLUS:pc