NOUVELLES

À quoi ressemble aujourd'hui le Québec rural?

17/05/2014 05:38 EDT | Actualisé 17/05/2014 05:38 EDT
Radio-Canada

À quoi ressemble aujourd'hui le Québec rural? On y pratique l'agriculture, on assiste à l'exode des jeunes, le chômage y est plus élevé. Vraiment?

Un texte de Michel Désautels

Que ce soit au moment de la retraite ou pour trouver un milieu de vie agréable pour élever leurs familles, bien des Québécois tentent l'aventure d'une transplantation en milieu rural.

Si de très nombreux cas de déplacements sont couronnés de succès, d'autres peuvent donner lieu à des expériences plus difficiles, faites de tensions, voire d'affrontements, entre les nouveaux arrivants et leur milieu d'accueil.

La réussite ou l'échec de cette cohabitation dépendent de nombreux facteurs. La méconnaissance, les préjugés des urbains qui débarquent, même pétris de bonne volonté, peuvent transformer une belle aventure en cauchemar.

Environ le quart de la population québécoise vit en milieu rural.

De quelle campagne parlons-nous?

Des experts, de passage cette semaine au 82e congrès de l'ACFAS, ont déboulonné un certain nombre de mythes relatifs au milieu rural et ont démontré, exemples à l'appui, comment on a composé dans diverses régions avec l'arrivée plus ou moins importante de « rats des villes » qui veulent devenir « rats des champs ».

Lawrence Desrosiers, professeur associé à l'Université du Québec à Rimouski, fait notamment exploser à l'aide de statistiques un grand nombre de conceptions erronées sur le milieu rural.

Les campagnes se vident? Non, selon l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 de Statistique Canada. La population rurale est passée de 1 789 280 en 1981 à 2 056 485 en 2011.

Les campagnes sont fortement peuplées de personnes âgées? Pas beaucoup plus qu'en ville, disent les statistiques recueillies par M. Desrosiers : les personnes de 65 ans et plus composent 16,5 % de la population rurale, et 15,7 % de celle des villes.

En régions éloignées, les gens travaillent 10 semaines par année et touchent des prestations d'assurance-emploi le reste du temps? Faux. Toujours selon les chiffres de Statistique Canada, les habitants du Québec rural ont travaillé en moyenne 44,1 semaines en 2010, contre 44,9 dans le Québec urbain.

Milieu rural égale agriculture? De moins en moins, selon les chiffres de M. Desrosiers. Le secteur primaire (agriculture, foresterie, pêche, mines) ne représentait que 7,7 % des emplois en milieu rural en 2011.

INOLTRE SU HUFFPOST

25 raisons pour lesquelles on aime le Québec