NOUVELLES

Mali: le Premier ministre à Tombouctou, manifestation dispersée à Kidal

16/05/2014 02:36 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Le Premier ministre du Mali, Moussa Mara, a entamé vendredi par Tombouctou une visite dans le nord du pays qui l'amènera à Kidal, où des manifestants hostiles à son déplacement ont été dispersés par les forces internationales.

En novembre 2013, son prédécesseur Oumar Tatam Ly avait été contraint d'annuler une visite à Kidal après l'intrusion de manifestants hostiles sur l'aéroport de ce chef-lieu de région à plus de 1.500 km au nord-est de Bamako, fief de rebelles touareg indépendantistes.

Vendredi matin, un responsable du gouvernorat de Kidal avait indiqué à l'AFP que quelques centaines de personnes, surtout des jeunes et des femmes, s'étaient rendus à l'aéroport pour manifester contre l'arrivée de M. Mara, son premier voyage dans la zone depuis sa nomination début avril.

"Les gens crient: +Mali, no! Azawad, yes!+", avait dit ce responsable du gouvernorat, Azawad étant le nom donné par certains mouvements armés à un vaste territoire du nord du Mali considéré comme le berceau des Touareg.

Les manifestants ont été dispersés par des membres de la mission de l'ONU au Mali (Minusma), d'après des habitants de Kidal et une source militaire malienne.

La force de l'ONU et l'armée française sont déployées au Mali dans le cadre d'une intervention militaire internationale déclenchée en janvier 2013 par Paris, pour chasser des groupes islamistes armés ayant occupé plusieurs mois le Nord.

Une source hospitalière a fait état d'au moins quatre civils blessés lors d'échauffourées vendredi sur la piste de l'aéroport entre membres de la Minusma et manifestants. Ces derniers, selon des habitants, ont jeté des pierres sur les forces de sécurité.

Interrogée sur le sujet, une source à la Minusma a indiqué que la mission de l'ONU procédait à la collecte des informations sur le terrain.

"Il y a eu une manifestation à Kidal sur la piste de l'aéroport, mais qui a été dispersée par la Minusma" et les soldats français, a de son côté déclaré la source militaire malienne, qui n'était pas en mesure de fournir "un quelconque bilan".

Cette manifestation fait partie "des provocations qui visent à empêcher la visite du Premier ministre" Moussa Mara à Kidal, a-t-elle affirmé.

La visite de M. Mara dans le Nord se poursuivra jusqu'à lundi. Il se rendra samedi à Kidal, puis séjournera dimanche et lundi à Gao (nord-est), selon une nouvelle version de son programme diffusé vendredi après-midi.

En dépit de la manifestation hostile à Kidal, son déplacement dans cette ville est maintenu, a indiqué à l'AFP son entourage. A Tombouctou, M. Mara était accompagné d'une forte délégation comprenant le chef de la Minusma Bert Koenders, la secrétaire d'Etat française chargée du Développement et de la Francophonie Annick Girardin, et le commissaire européen au Développement Andris Piebalgs.

En marge de cette visite, M. Piebalgs et le directeur du bureau de l'Unesco à Bamako, Lazare Eloundou Assomo, ont signé un accord qui permettra de financer la restauration du patrimoine culturel de Tombouctou, à hauteur de 500.000 euros alloués par l'UE.

Cet accord permettra à l'Unesco de coordonner notamment la reconstruction des mausolées historiques détruits par les islamistes, la réhabilitation des mosquées et bibliothèques privées et "la sauvegarde des manuscrits de la région de Tombouctou, gravement endommagés lors du conflit qu'a connu le pays entre 2012 et 2013", selon un communiqué de l'Unesco reçu par l'AFP.

str-sd-cs/mrb/mba

PLUS:hp