NOUVELLES

Le maire Rob Ford aperçu près d'un centre commercial de la région de Muskoka

16/05/2014 07:27 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Des résidants d'une petite ville de l'Ontario ont eu la surprise d'apercevoir le maire de Toronto vendredi, même si l'avocat de Rob Ford assure que son client suit toujours une cure de désintoxication.

Des dizaines de personnes ont vu M. Ford à l'extérieur d'un centre commercial de Bracebridge, une ville de la municipalité régionale de Muskoka, au nord de Toronto, selon Brody Lisle, un résidant âgé de 19 ans, qui s'est fait prendre en photo avec le maire.

«J'étais tellement excité, je tremble encore après l'avoir vu», a déclaré le jeune homme lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne. «Il semblait beaucoup plus mince et il était vraiment heureux et enjoué.»

M. Lisle, un admirateur de longue date du maire fumeur de crack, affirme que M. Ford lui a dit que sa cure de désintoxication se passait «très bien».

«Il a complété deux semaines jusqu'à maintenant et il lui reste six autres semaines à faire. Il se sent très bien par rapport à lui-même, il semble aller mieux et il a perdu quelques kilos.»

Il n'est pas inhabituel de croiser des célébrités dans cette région où se trouvent de nombreux chalets, mais il est rare d'en voir «marcher simplement dans la ville», affirme M. Lisle. «On les voit habituellement dans des voitures en train de conduire.»

Un journal local, le «Bracebridge Examiner», a été le premier à rapporter la présence de Rob Ford dans la région vendredi après-midi et a publié des photos prises par des téléphones cellulaires montrant le maire avec des citoyens.

D'autres photos montrant le maire avec des travailleurs de la construction et des employés d'un service de nettoyage à sec ont été publiées plus tard sur Twitter.

L'avocat de M. Ford, Dennis Morris, n'a pas voulu confirmer la présence de son client à Bracebridge.

«Je ne peux vous dire où se trouve le maire, malheureusement», a déclaré Me Morris. «La bonne nouvelle, c'est qu'il suit une cure de désintoxication, et vous savez, c'est toujours bien de le laisser seul.»

Rob Ford a annoncé le mois dernier son intention de suivre des traitements pour son problème d'alcool, après de nouvelles allégations d'abus d'alcool qui ont fait surface dans les médias.

La semaine dernière, il a déclaré au «Toronto Sun» que sa cure était «extraordinaire» et l'a comparée à un camp de football.

Cela fait exactement un an, vendredi, que le «Toronto Star» et le site américain Gawker ont rapporté pour la première fois l'existence d'une vidéo montrant apparemment le maire en train de fumer du crack.

Des mois plus tard, M. Ford a admis avoir consommé du crack durant un épisode de «stupeur éthylique» et avoir consommé des drogues alors qu'il était déjà maire de Toronto.

Ces aveux ont poussé le conseil municipal à le dépouiller de la majeure partie de ses responsabilités de maire.

M. Ford s'était publiquement engagé à renoncer à l'alcool, affirmant qu'il voulait soigner son image et qu'il faisait de l'exercice.

Mais il a été forcé d'admettre sa consommation d'alcool après un autre incident filmé dans lequel il profère des insultes avec l'accent jamaïcain et s'en prend au chef de police de la ville.

Le mois dernier, le «Globe and Mail» a rapporté qu'un trafiquant de drogue avait présenté à deux de ses journalistes une vidéo montrant supposément M. Ford en train de fumer du crack dans le sous-sol de la maison de sa soeur. Le quotidien affirme avoir payé 10 000 $ pour obtenir des saisies d'images montrant M. Ford avec une pipe en cuivre dans la main.

Le «Toronto Star» a aussi publié des détails de «deux nuits de débauche complète» impliquant le maire dans une boîte de nuit de Toronto.

La police a commencé à s'intéresser à Rob Ford après une enquête sur des gangs de trafiquants de drogue, qui a permis d'obtenir des enregistrements de conversations portant sur la première vidéo de consommation de crack.

Un ami de M. Ford a été accusé d'extorsion en lien avec ses présumées tentatives de récupérer la vidéo.

PLUS:pc