NOUVELLES

Laurent Fabius en Chine pour parler climat et promouvoir le tourisme

16/05/2014 02:41 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

Le ministre français des Affaires étrangères a entamé vendredi en Chine une visite de quatre jours, dédiée entre autres à des discussions sur le changement climatique, mais aussi à plusieurs volets économiques dont un accord destiné à attirer davantage de touristes dans l'Hexagone.

Cette visite, la 9e qu'il effectue en Chine depuis sa nomination, sera notamment consacrée à l'environnement, dans la perspective de la tenue l'an prochain en France de la conférence mondiale sur le changement climatique, a expliqué Laurent Fabius, peu après son arrivée à Pékin et avant un déjeuner avec son homologue Wang Yi.

Outre ce dernier, il doit s'entretenir lundi avec le Premier ministre Li Keqiang.

La lutte contre le dérèglement climatique "sera au centre des entretiens", a indiqué à l'AFP une source diplomatique française, estimant qu'une "fenêtre d'opportunité" s'ouvrait avec l'engagement de Pékin sur ce dossier, alors que le géant asiatique est le principal émetteur d'émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

Le programme de ce voyage en Chine reflète également les nouveaux portefeuilles dont a hérité M. Fabius depuis le remaniement gouvernemental d'avril: Commerce extérieur et Tourisme.

Outre des rencontres à Pékin et Shanghai avec des "investisseurs potentiels", le ministre devrait ainsi signer samedi un accord avec Ctrip, la plus grande agence de réservation de voyages en ligne dans le pays, en vue de mettre davantage en valeur la destination France.

"Une priorité" pour le ministre, alors que la Chine est le 2e pays d'origine des touristes en France (hors Union européenne), derrière les Etats-Unis: M. Fabius s'était ainsi récemment rendu à l'aube dans un aéroport parisien pour s'enquérir des conditions d'accueil des touristes chinois.

Enfin, cette visite visera "à augmenter la place des produits français en Chine", a indiqué Laurent Fabius, précisant qu'il devrait signer plus tard vendredi un accord en ce sens avec Jack Ma, président d'Alibaba --numéro un chinois du commerce électronique--.

Pour M. Fabius, ses multiples casquettes reflètent "une diplomatie transversale": "C'est l'action extérieure de la France dans tous les secteurs --économique, culture, politique, commerce, tourisme--, tout cela est lié", a-t-il déclaré à Pékin.

Ses entretiens avec les dirigeants devraient être aussi l'occasion d'aborder les dossiers internationaux les plus épineux du moment, dont la crise ukrainienne, l'impasse syrienne ou les négociations avec l'Iran.

En renforçant le dialogue sur ces sujets avec Pékin, Paris espère "réduire le risque d'un axe Pékin-Moscou" et "ouvrir des alternatives" à la diplomatie chinoise, a souligné une source diplomatique française.

jug/seb/fw

PLUS:hp