NOUVELLES

Jocelyn Dupuis admet avoir fabriqué de faux reçus pour gonfler ses dépenses

16/05/2014 11:32 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'ex-directeur général de la FTQ-Construction, Jocelyn Dupuis, admet avoir fabriqué de faux reçus pour gonfler ses dépenses mais il ne s'agissait pas d'une fraude puisque tout l'argent qu'il réclamait était destiné au bénéfice des travailleurs.

C'est là en gros, l'essence de la plaidoirie présentée par l'avocat de M. Dupuis, Me Jean-Daniel Debkoski, vendredi au Palais de justice de Montréal.

Jocelyn Dupuis est accusé de fraude et de fabrication de faux en lien avec des réclamations de dépenses de 225 000 $ sur une période de 11 mois, dont 63 000 $ demeurent suspects.

Me Debkoski, qui a eu la candeur de reconnaître qu'il ne se serait jamais attendu à plaider une telle défense, a fait valoir que toute la direction et le conseil d'administration du syndicat étaient bien au fait de la pratique.

Me Debkoski a aussi reconnu que le stratagème des fausses factures, de même que la nature de certaines dépenses comme des bouteilles de vin de plusieurs centaines de dollars, n'étaient peut-être pas moralement justifiables mais ne constituaient pas un crime pour autant puisqu'il n'y avait pas d'intention criminelle et qu'aucun préjudice n'avait été causé à quiconque.

Le juge Denis Lavergne a exprimé un certain scepticisme face à cette plaidoirie, se demandant à un certain point s'il était crédible que M. Dupuis ait dépensé autant d'argent au bénéfice des travailleurs.

Il a aussi indiqué que l'on pourrait conclure que, parce que Jocelyn Dupuis était autorisé à dépenser librement, il ratissait large et "beurrait épais" selon son expression dans ses comptes de dépenses.

La Couronne, représentée par Me Jacques Dagenais, doit maintenant présenter sa plaidoirie.

PLUS:pc