NOUVELLES

Hôtel Le Concorde : les employés en faveur de l'entente de principe

16/05/2014 06:12 EDT | Actualisé 16/05/2014 06:12 EDT
RC

Réunis en assemblée générale jeudi soir, les employés du Concorde ont approuvé à 92 % l'entente de principe sur leurs conditions de travail en vue de la réouverture de l'hôtel dès la semaine du 26 mai.

En tout, 104 personnes ont voté pour, 9 contre. La principale concession exigée par l'employeur concerne le régime de retraite; la contribution des deux parties au régime sera ainsi diminuée.

Les clauses non salariales de la nouvelle convention collective, d'une durée de trois ans, sont restées identiques à 95 % à l'ancienne.

Par ailleurs, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) a obtenu qu'y figure une nouvelle clause de transparence économique, lui permettant d'avoir accès aux chiffres de l'entreprise.

Des employés qui se sont portés volontaires reprendront le travail dès vendredi. Sur les quelque 250 employés syndiqués que comptait l'établissement avant sa revente, leur nouvel employeur estime pouvoir en garder environ 140, mais ce chiffre évoluera en fonction de l'achalandage de l'hôtel.

La fin d'une saga

La plupart des employés se sont dits extrêmement heureux à la sortie de l'assemblée. De son côté, la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras, a déclaré souhaiter que cette saga se termine le plus tôt possible.

Le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, parle « d'un véritable tour de force, d'un exemple de ténacité » de part et d'autre pour qualifier les événements des derniers mois.

Les actionnaires du Concorde, eux aussi, se réjouissent que les employés aient accepté l'entente de principe. « Nous avons toujours dit que l'adhésion de nos employés était essentielle pour faire de ce projet un succès et un élément de fierté. Maintenant que les négociations sont terminées, nous allons déployer tous les efforts nécessaires pour faire du Concorde un hôtel viable et rouvrir ses portes au plus tard d'ici la fin mai », a déclaré par voie de communiqué le porte-parole des nouveaux actionnaires, Jean-Guy Sylvain.

Les nouveaux propriétaires du Concorde étaient parvenus à une entente de principe avec la Confédération des syndicats nationaux (CSN) en vue de la réouverture de l'hôtel plus tôt cette semaine, et c'était au tour des syndiqués de se prononcer jeudi soir.

Les nouveaux actionnaires du Concorde, Jean-Guy Sylvain, Paul Durocher et Giovanni Santoianni, avaient demandé des concessions des travailleurs, sans quoi la rentabilité de l'hôtel de la Grande Allée serait compromise.

Les nouveaux patrons voulaient également s'entendre avec le syndicat sur les employés de la restauration, puisqu'ils veulent offrir le restaurant en concession.

La signature d'un nouveau contrat de travail était une condition pour la réouverture du Concorde.

INOLTRE SU HUFFPOST

10 choses que vous ne savez pas sur Québec