NOUVELLES

Droit à l'oubli: l'OSCE redoute une obstruction dans le travail journalistique

16/05/2014 08:57 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) s'est inquiétée vendredi de la récente décision de la Cour de Justice européenne (CJE) sur le droit à l'oubli numérique, redoutant une obstruction dans le travail d'enquête journalistique.

Si la protection des données personnelles est un "droit fondamental pour toute personne", l'OSCE estime que la décision de la CJE "pourrait affecter négativement l'accès à l'information".

"Les informations et les données personnelles se référant à des personnalités publiques ou des sujets d'intérêt public devraient toujours rester accessibles pour les médias", a affirmé l'organisation basée à Vienne dans un communiqué.

Le 13 mai, la CJE dont le siège se trouve à Luxembourg, a débouté Google dans une affaire de droit à l'oubli numérique, estimant que les moteurs de recherche sont responsables du traitement des données personnelles qui apparaissent sur leurs pages internet et ont le devoir, dans certains cas, de les supprimer.

"Le risque d'autocensure ou de censure détournée apparait immédiatement, si des restrictions sont imposées aux intermédiaires ou aux fournisseurs de contenus", a regretté l'OSCE, ajoutant: "les restrictions indues aux médias et aux activités journalistiques sont inacceptables".

La bureau de la représentante pour la liberté des médias de l'OSCE, la bosnienne Dunja Mijatovic, évaluera les effets et la mise en application de cette décision, et s'opposera à toute tentative pour entraver l'enquête journalistique, a prévenu l'OSCE.

tba/abk

PLUS:hp