NOUVELLES

Choko remporte son pari... sur plusieurs points avec son gala au Stade olympique

16/05/2014 10:10 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le promoteur Alexandre Choko, de Choko Boxing, a pris tout un pari en présentant le gala «La Croisée des chemins» opposant Joachim Alcine à Delvin Rodriguez au Stade olympique. Sur plusieurs points, il a remporté ce pari.

Au niveau de l'ambiance d'abord. En configuration très intime de 1500 places avec le ring placé où se trouve le marbre lors d'un match de baseball, il fallait trouver la bonne formule afin que les spectateurs et l'action ne soient pas perdus dans cette immense enceinte. Avec un habile jeu de lumières, la configuration du plancher et une sonorisation «inclusive» impeccable, ç'a été une réussite.

Au niveau des 1500 billets mis en ventes, Choko se disait être certain de devoir refuser des gens il y a quelques semaines. Il n'a certainement pas eu à le faire. Si le parterre était relativement rempli, les estrades étaient à toute fin pratique vides. On a annoncé quelque 1000 spectateurs payants pour l'événement.

Alors qu'à moins de 48 heures du gala les publicités dans le ring n'avaient pas toutes été vendues, l'équipe de Choko semble avoir pris les bouchées doubles, puisque aucun espace n'est demeuré invendu — ou blanc — pour le gala. Dommage que les boxeurs en sous-carte n'aient pas offert la même performance.

Pourtant, la soirée n'avait pas mal commencé. Après quelques combats amateurs, Kevin Lavallée (12-0-1, 10 K.-O.) a lancé les hostilités en stoppant l'Américain de Milwaukee James Owens (5-18, 2 K.-O.) à 1:01 du troisième round. Un combat sans bavure pour le Montréalais de 23 ans.

Ça s'est un peu gâté par la suite. Dans un combat qui s'annonçait à la fois court et spectaculaire, le mi-lourd Walid Smichet (21-7-3, 15 K.-O.) a profité de l'abandon de François Miville (7-2, 3 K.-O.) après 56 secondes seulement. Miville semble s'être disloqué l'épaule gauche en lançant un crochet. Comme il a mis un genou au sol et que l'arbite Steve St-Germain a arrêté le combat, Miville doit encaisser la défaite. S'il avait pu demeurer debout et demander la présence du médecin, il aurait pu s'en sortir sans qu'il n'y ait de décision.

Après une longue pause, l'action a repris sur les ondes de Friday Night Fights, du réseau ESPN, ainsi que sur RDS2. L'annonceur maison a bien pris soin de demander aux gens sur place de faire beaucoup de bruit, mais il aurait plutôt dû en informer les deux boxeurs assurant les frais de la demi-finale.

Les poids lourds Derric Rossy (28-8, 14 K.-O.) et Joe Hanks (21-1, 14 K.-O.) ont mis du temps à se mettre en marche et avant quelques échanges corsés aux septième et huitième rounds, on pouvait entendre une mouche voler dans la stade de la rue Pierre-De Coubertin.

Hanks a ébranlé Rossy d'un solide crochet de gauche au corps au neuvième, mais de façon générale, c'est plutôt Rossy qui a dicté le rythme de l'affrontement. Les juges lui ont finalement accordé une victoire par décision majoritaire.

Il aura fallu attendre la finale entre Joachim Alcine et Delvin Rodriguez pour que la foule embarque dans l'action, mais la décision — combat nul — les aura également laissé sur leur appétit.

PLUS:pc