NOUVELLES

Canada: nombre anormalement élevé de femmes autochtones tuées ou disparues

16/05/2014 01:10 EDT | Actualisé 16/07/2014 05:12 EDT

Le nombre de disparitions et d'homicides de femmes autochtones au Canada est anormalement élevé, estime un rapport publié vendredi par la police fédérale canadienne.

"En effet, 16% des femmes victimes d'homicides et 11,3% des femmes disparues étaient des autochtones - c'est trois à quatre fois plus que le pourcentage de femmes autochtones au sein de la population canadienne, soit 4,3%", indique ce rapport de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

"Les recherches ont permis de recenser 1.181 dossiers de femmes autochtones disparues et assassinées dans les bases de données policières canadiennes: 164 disparitions (depuis 1952) et 1.017 meurtres (de 1980 à 2012)", précise le document.

Jusqu'à présent, les autochtones canadiens (Amérindiens, Métis et Inuits) parlaient d'au moins 600 femmes disparues ou assassinées depuis les années 1960, sans qu'il soit possible de vérifier ce chiffre.

La GRC a entrepris à l'automne dernier de faire un bilan avec le concours de près 300 organes de police du pays et de l'institut officiel de la statistique.

Près de neuf meurtres sur dix de femmes autochtones (88%) ont été résolus par la police, mais il reste encore 120 homicides et 105 disparitions non élucidés, selon la GRC.

L'étude révèle également que 8% des homicides contre des femmes autochtones sont perpétrés par des inconnus, soit un taux à peu près identique à celui des femmes non autochtones (7%).

Les auteurs de ces homicides sont des hommes dans 89% des cas. Ils sont âgés de 35 ans en moyenne et, dans 63% des cas, ils avaient consommé "des substances alcoolisées ou des drogues avant l'incident", précise le rapport.

Le gouvernement canadien avait jusqu'à maintenant refusé d'ouvrir une enquête nationale sur cette question, malgré les demandes répétées des organisations autochtones.

Le constat est pourtant alarmant et avait même valu au gouvernement d'être mis à l'index en octobre par le rapporteur spécial de l'ONU pour les peuples indigènes, James Anaya.

Certaines hypothèses ou rumeurs sont avancées pour tenter d'éclaircir cette disproportion entre le taux d'homicide chez les femmes et les filles autochtones et les autres. Bien souvent, dès le signalement d'une disparition, la police n'est pas assez rapide, relèvent les associations de défense des autochtones.

Les autochtones sont environ 1,4 million au Canada.

jl/are

PLUS:hp