DIVERTISSEMENT

Festival de Cannes: le peintre Turner revit à l'écran grâce à Timothy Spall

15/05/2014 03:49 EDT | Actualisé 15/05/2014 03:52 EDT
PC

«Il était gros et il avait un drôle d’air, ce qui est aussi mon cas», résumait l’acteur Timothy Spall à propos du peintre anglais J.M.W. Turner (1775-1851) qu’il campe dans Mr. Turner, le nouveau film de l’Anglais Mike Leigh (Secrets & Lies) projeté jeudi en compétition officielle au Festival de Cannes.

«Les génies ne correspondent pas toujours à l’idée romantique qu’on se fait d’eux. La plupart sont des individus bizarres, rongés par les conflits intérieurs. Certains ont l’air charmant, d’autres ont l’aspect de sociopathes. Turner avait quelque chose de simiesque, avec une âme de poète. Son esprit et son apparence étaient en parfaite contradiction», poursuivait en conférence de presse l’acteur, mieux connu pour son rôle de Peter Pettigrew dans la série Harry Potter.

Accueilli avec une relative chaleur, Mr. Turner impressionne surtout par sa magnifique photographie, inspirée des toiles de celui qui fut le précurseur des impressionnistes, ainsi que par la composition puissante de son interprète principal, déjà pressenti pour un prix d’interprétation. Spall fait vivre à l’écran un homme pétri de contradictions, qui réduit son expression à des grognements, mais n’en pense pas moins: «Cet autodidacte instinctif avait un milliard de choses à dire, mais n’en faisait jamais rien, explique Spall. Tout ce qu’il taisait, je l’ai encapsulé dans une sorte de grognement implosif.»

Deux ans et demi avant le tournage, Mike Leigh lui a ordonné d’apprendre à peindre, afin de rendre crédibles ses coups de pinceau à l’écran. Cela dit, le cinéaste ne recherchait pas une représentation exacte et historique de l'artiste. Plutôt qu’un drame biographique, son film se veut une évocation, une interprétation. «Vous pouvez lire tous les livres qui existent, faire de la recherche pendant mille ans, ça ne fera pas apparaître Turner devant la caméra. Il faut créer un personnage, lui donner vie et faire apparaître un univers autour de lui.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Les meilleures photos du Festival de Cannes 2014