NOUVELLES

Syrie: le nouveau médiateur doit être "respecté" par les deux camps (Moscou)

15/05/2014 07:34 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

Le nouvel émissaire international de l'ONU pour la Syrie doit être un "politicien respecté", capable d'être reconnu à la fois par le régime syrien et par l'opposition, a déclaré jeudi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov.

"Il doit être un politicien respecté, qui serait acceptable pour le gouvernement syrien et pour l'opposition. Quelqu'un qui pourrait faire avancer le processus de résolution" de la crise syrienne, a déclaré M. Gatilov lors d'une conférence de presse, cité par l'agence Ria Novosti.

Le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, l'algérien Lakhdar Brahimi, a annoncé mercredi sa démission, accueilli avec satisfaction par le régime syrien, qui l'accusait de prendre le parti de l'opposition.

Ce départ intervient alors que la campagne bat son plein dans les régions sous contrôle du camp al-Assad, à trois semaines d'une élection présidentielle dénoncée comme une "farce" par les Occidentaux.

M. Gatilov a par ailleurs déclaré qu'une réunion sur la crise syrienne entre la Russie, les États-Unis et l'ONU pourrait avoir lieu après la nomination du nouveau médiateur.

"Une réunion tripartite n'aura de sens que lorsque le nouveau représentant aura été nommé", a-t-il indiqué.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a admis mercredi qu'il lui faudrait "du temps pour trouver la personne qui convient".

pop/edy/abk

PLUS:hp