NOUVELLES

Lycéennes enlevées: Washington fustige la "lenteur inacceptable" du Nigeria

15/05/2014 12:30 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont fustigé jeudi la "lenteur inacceptable" du Nigeria pour répondre à la crise des lycéennes enlevées par le groupe islamiste armé Boko Haram et ont renouvelé leurs critiques en matière de droits de l'homme contre les forces armées.

"En dépit des offres d'assistance des Etats-Unis et d'autres partenaires internationaux, la réponse du gouvernement nigérian à cette crise a été d'une lenteur tragique et inacceptable", a brocardé le sénateur démocrate Robert Menendez, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat.

"J'ai appelé le président (nigérian Goodluck) Jonathan à faire montre du leadership que sa nation exige", a encore critiqué l'élu, lors d'une audition au Sénat.

Une responsable du Pentagone, Alice Friend, a aussi déploré que "le Nigeria soit un partenaire avec lequel il est extrêmement périlleux de travailler".

"Face à la menace sophistiquée" que représente Boko Haram, "les forces de sécurité nigérianes ont été lentes à s'adapter et à mettre en oeuvre de nouvelles stratégies et tactiques", a jugé Mme Friend.

Son collègue du département d'Etat Robert Jackson, directeur au bureau Afrique, a renchéri: les Etats-Unis "exhortent le Nigeria à modifier son approche à l'égard de Boko Haram".

Washington accuse depuis des années une partie des forces armées nigérianes de violations des droits de l'homme dans leur lutte contre le groupe armé islamiste.

"Lorsque des soldats détruisent des villes, tuent des civils, arrêtent des innocents en toute impunité, la méfiance s'installe" chez les populations civiles, a fustigé M. Jackson.

Mme Friend, du Pentagone, a de même rappelé le "bilan d'atrocités au Nigeria perpétrées par certaines forces de sécurité lors de leurs opérations contre Boko Haram". La cadre de la Défense a ainsi expliqué que son gouvernement ne "fournissait pas d'assistance lorsque (Washington) détenait des informations crédibles faisant état de grossières violations des droits de l'homme par ces unités" militaires.

Les Etats-Unis ont dépêché au Nigeria une équipe d'une trentaine de civils et militaires pour aider Abuja à retrouver les quelque 200 lycéennes toujours aux mains de Boko Haram.

L'armée américaine utilise des drones de surveillance et des avions au-dessus du Nigeria pour aider aux recherches.

Il y a un mois, Boko Haram enlevait 276 jeunes filles dans leur école de Chibok, situé dans l'Etat de Borno, un des fiefs du mouvement. Plusieurs dizaines d'entre elles sont parvenues à s'enfuir, mais 223 lycéennes restent aux mains du groupe radical.

nr/gde

PLUS:hp