NOUVELLES

Libor : le courtier RP Martin condamné à plus de 2 millions de dollars d'amendes

15/05/2014 10:14 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

La société de courtage britannique RP Martin a été condamné à de plus de deux millions de dollars d'amendes de la part des autorités britannique et américaine pour son rôle dans le scandale de manipulation du taux interbancaire Libor, ont annoncé jeudi ces dernières.

RP Martin s'est vu infliger une amende de 630.000 livres (1,05 million de dollars 772.000 euros) par la FCA, a indiqué cette autorité qui est le gendarme des marchés financiers britanniques.

La société de courtage aurait dû être condamnée à une sanction de 3,6 millions de livres mais a bénéficié de la mansuétude de la FCA car elle n'aurait pas été en mesure de payer une telle amende, alors qu'elle avait été condamnée parallèlement par les autorités américaines.

La CFTC américaine a, en effet, annoncé dans un communiqué distinct avoir infligé une sanction de 1,2 million de dollars à RP Martin.

Selon les deux autorités, des courtiers de RP Martin chargés du yen ont fourni de fausses informations concernant les taux d'emprunt en monnaie japonaise à des acteurs de marché en vue de manipuler la fixation du Libor en yen et d'aider ainsi un courtier en charge des dérivés en devise nippone de la banque suisse UBS.

"En échange de leur assistance illégale, les courtiers de RP Martin ont accepté des paiements d'un montant total de plus de 400.000 dollars, sous la forme d'opérations fictives destinées uniquement à générer des commissions pour RP Martin", dénonce la CFTC.

L'autorité britannique indique que ces agissements ont eu lieu de janvier 2007 à janvier 2010. La CFTC évoque une période allant d'au moins septembre 2008 jusqu'à au moins août 2009.

Selon la FCA, deux courtiers de RP Martin ont été au centre de ces agissements tandis qu'au moins trois autres ont joué un rôle.

Deux anciens courtiers de RP Martin, Terry Farr et James Gilmour, avaient été arrêtés en décembre 2012 avec un ancien courtier des banques suisse UBS et américaine Citigroup, Tom Hayes. Ces arrestations avaient été les premières dans le cadre du scandale du Libor.

Les trois hommes ont été inculpés l'an dernier et devraient être jugés début 2015.

Pour les deux autorités, ces courtiers ont pu agir de la sorte en raison de procédures de contrôle "inadéquates" au sein de la société.

"Les mesures (annoncées) aujourd'hui rentrent dans le cadre de nos efforts pour nous assurer que le Libor n'est pas victime de fraude ou de manipulation. Cette action reflète en outre l'engagement inébranlable de la Commission à rendre ceux qui cherchent à saper l'intégrité des marchés financiers américains responsables de leurs actes", a déclaré Gretchen Lowe, directrice de la division de la CFTC chargée de l'exécution des sanctions.

"Les courtiers interbancaires sont censés agir comme des intermédiaires de confiance", RP Martin "a abusé de cette position en donnant de fausses informations (...) c'est un comportement inacceptable", a renchéri Tracey McDermott, responsable des sanctions et des crimes financiers à la FCA.

"La culture de RP Martin était le profit d'abord (...) Dans un tel environnement, la mauvaise conduite des courtiers était presque inévitable", a-t-elle ajouté.

Au total, six groupes financiers - banques ou sociétés de courtage - ont été sanctionnés dans le scandale du Libor : Barclays, UBS, Royal Bank of Scotland, Icap, Rabobank et RP Martin.

Taux central dans le monde de la finance, le Libor, qui est fixé à Londres, a une incidence sur une masse énorme de produits financiers, dont certains prêts aux ménages et aux entreprises.

mg/acd/gg

UBS AG

CITIGROUP

BARCLAYS

ROYAL BANK OF SCOTLAND GROUP

ICAP

PLUS:hp