NOUVELLES

HRW réclame la libération de 2 Saoudiens détenus pour apostasie

15/05/2014 07:42 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

Human Rights Watch (HW) a appelé jeudi les autorités saoudiennes à libérer deux de leurs citoyens détenus depuis deux ans sans inculpation sous l'accusation d'apostasie.

Sultan al-Anzi, 33 ans, et Saoud al-Anzi, 35 ans, sont détenus depuis le 14 mai 2012 pour avoir "adopté l'interprétation ahmadie de l'islam", indique HRW dans un communiqué en citant des activistes.

"Les autorités saoudiennes ont, non seulement, interféré dans les convictions personnelles de deux hommes mais elles les maintiennent en prison depuis deux ans sans inculpation", ajoute la directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson.

Rappelant que "la liberté de culte est un droit fondamental inscrit dans la déclaration universelle des droits de l'Homme", l'organisation de défense des droits de l'Homme souligne que "l'Arabie saoudite doit cesser de contrôler les croyances personnelles des gens".

"Le roi Abdallah a été acclamé pour avoir prêché la tolérance religieuse à l'étranger mais il semble qu'il n'y a pas de place à la tolérance dans son propre pays", note Mme Whitson.

La communauté ahmadiyya, fondée à la fin du 19e siècle par Mirza Ghulam Ahmad dans ce qui est aujourd'hui le Pakistan, estime que son fondateur est le messie attendu depuis la mort du prophète Mahomet.

Les ahmadis se considèrent musulmans, mais une loi datant de 1974 au Pakistan les qualifie de non-musulmans. Les ahmadis ne peuvent y nommer "mosquée" leur lieu de culte et sont interdits de séjour en Arabie saoudite pour faire le pèlerinage à La Mecque, un des cinq piliers de l'islam.

L'apostasie est passible de la peine de mort dans le royaume saoudien qui applique de manière stricte la charia (loi islamique).

tm/sw

PLUS:hp