NOUVELLES

Cinq employés de MSF otages depuis janvier ont été libérés en Syrie

15/05/2014 05:03 EDT | Actualisé 15/07/2014 05:12 EDT

PARIS - Cinq travailleurs humanitaires retenus contre leur gré en Syrie depuis le mois de janvier ont été libérés, a annoncé Médecins sans frontières (MSF) jeudi.

Deux des otages ont été libérés mercredi, après la libération des trois autres le 4 avril, a précisé MSF. Les otages, des hommes et des femmes, sont originaires de la Belgique, du Danemark, du Pérou, de la Suède et de la Suisse.

L'enlèvement des travailleurs humanitaires en janvier avait poussé MSF à fermer un hôpital et deux centres médicaux dans le nord-ouest de la Syrie, selon le communiqué de l'organisation, qui donne peu de détails sur la libération des otages.

Les enlèvements dans les zones de la Syrie tenues par l'opposition sont de plus en plus fréquents, particulièrement depuis l'été dernier, quand les groupes extrémistes ont gagné de l'influence dans les rangs des rebelles.

Des groupes jihadistes seraient responsables de la plupart des enlèvements, mais des gangs criminels et des milices soutenues par le gouvernement seraient aussi impliqués. Parmi les personnes enlevées en Syrie figurent des journalistes et des travailleurs humanitaires syriens et étrangers.

«Le soulagement de voir nos collègues rentrer sains et saufs est mêlé à un sentiment de colère face à un acte aussi cynique qui a pour effet de priver d'une assistance vitale une population déjà gravement touchée par la guerre», a déclaré la présidente internationale de MSF, Joanne Liu, dans le communiqué.

Au cours des dernières semaines, plusieurs journalistes enlevés en Syrie ont été libérés, notamment quatre Français et deux Espagnols. Mais la menace reste très présente. Le «Times» de Londres a rapporté jeudi que son correspondant de guerre Anthony Loyd et le photographe Jack Hill avaient été visés par des tirs et battus par un gang de rebelles dans le nord de la Syrie. Les deux reporters sont présentement soignés en Turquie après avoir failli être enlevés en Syrie, a affirmé le journal.

PLUS:pc